Environnement d’apprentissage inclusif à l’EHESP

12 septembre 2019 par EHESP Fiches pratiques 13 visites
0

Description brève

Le Centre d’Appui à la Pédagogie (CApP) accompagne et forme la communauté pédagogique de l’EHESP dans le but de faire évoluer les enseignements vers d’autres pratiques (pédagogie active, par compétences, jeu sérieux, classe inversée, ...). Il vise à soutenir les initiatives pédagogiques créatives, innovantes, numériques pour une meilleure réussite des apprenants dans leur parcours.
Le CApP réalise et accompagne à la réalisation des supports pédagogiques. Ainsi, il veille à ce que ces supports soient accessibles à tous.
Dès la conception, les ingénieurs pédagogiques veillent à l’ergonomie des supports écrits et à ne pas créer de surcharge cognitive pour les apprenants, tout en s’assurant d’une multi modalité des ressources proposées (vidéos, site web, fichier PDF à télécharger…).
Dans le cas de conception de vidéos, ils garantissent également la corrélation entre le discours oral de l’intervenant et des supports visuels affichés. Par exemple, si un tableau apparaît, il doit être expliqué à l’oral. Si cela n’est pas le cas, cela créé une surcharge cognitive. L’apprenant risque d’être distrait par le visuel et ne plus écouter le discours. Les vidéos sont également sous-titrées, ce qui permet leur accès non seulement aux personnes malentendantes mais également aux personnes en situation d’empêchement technique (par exemple pas de son sur un ordinateur) ou physique (dans un train). Avec le même objectif, la transcription du texte des vidéos est également proposée au téléchargement au format PDF.
Lors de webinaire (séminaire vidéo en direct et en ligne), l’école fait appel à un interprète en Langue Signée Française.
Ce soin particulier à l’ergonomie et accessibilité est également apporté à la plate-forme pédagogique en ligne de l’EHESP (REAL) sur laquelle sont diffusés les supports pédagogiques, ce qui assure une cohérence globale des formations.

Outre ces aspects concernant les ressources numériques, l’EHESP prête une attention particulière aux espaces physiques d’accueil de ses apprenants. Depuis 2016, l’école met en place des nouveaux aménagements d’espace afin d’expérimenter des solutions de travail collaboratif et des faciliter les différents usages des apprenants, des personnels et des enseignants. Ces aménagements sortant des sentiers habituels « table et chaise » pour des solutions modulables (chaises avec tablette sur roulettes), incluent les personnes en fauteuils roulants en mettant à disposition des tables adaptées et également mobiles dans chaque salle.
Afin de ne pas discriminer les personnes en situation de handicap, les tables ne sont pas estampillées d’un logo, ce qui permet de les utiliser pour d’autres usages : mettre à disposition des documents, utiliser dans des jeux de rôles avec des jury…
Le déploiement de solutions numériques permettant de diffuser sur l’ordinateur de chaque apprenant le support de formation participent également à l’accessibilité des ressources.

Éléments facilitateurs pour l’initiative

• L’accessibilité aux ressources prise en compte par le CApP dès le début des projets
• Soutien institutionnel par l’école en tant qu’acteur de la santé publique.
• Anticipation des besoins des apprenants via la collaboration avec l’ingénieur « hygiène et sécurité » et les référents « handicap » nommés dans l’école
• Acquisition des compétences par l’équipe du CApP grâce à des collaborations avec le Laboratoire d’observation des usages des TIC (LOUSTIC) de l’université Rennes 2, notamment avec le projet Européen ParticipaTIC (qui vise à développer les compétences des acteurs de l’inclusion sociale des personnes handicapées)

Freins, difficultés rencontrées et solutions

• Manque de moyen : en effet les sous titres d’une vidéo coûtent en moyenne 100 euros. Le budget devient rapidement conséquent, dans le cadre d’un MOOC, par exemple, qui propose une centaine de vidéos.
• Le temps du sous titrage est également à prendre en compte dans le processus de production d’une vidéo. Un pré-montage de la vidéo est envoyé à la société avant la médiatisation de celle-ci. Le montage ne peut alors pas être modifié par la suite.
• Un manque de formation des réalisateurs/monteurs audiovisuels a été également identifié. En effet, le montage d’un film d’une personne qui signe en LSF demandera plus de vigilance quant au choix des coupes par exemple. C’est un peu comme travailler sur un film dans une langue qu’on ne comprend pas.
• Pour finir, concernant la plate-forme pédagogique basée sur MOODLE, nous n’avons pas la main pour l’adapter complétement. De plus, le développement de plugins spécifiques est peu envisageable car cela demanderait un maintien technique pour suivre les évolutions de MOODLE, et donc une ressource humaine technique dont nous ne disposons pas.

Bilan

• Évolution de Moodle (REAL : https://real.ehesp.fr) pour une meilleure ergonomie
• Réaménagement des salles d’apprentissage et des espaces communs (https://real.ehesp.fr/dinamic)
• Accompagnement du projet ParticipaTIC (lhttps://participatic.eu/fr/)

Commentaires

• Pour le moment, le CApP a systématisé le sous titrage uniquement dans le cadre de projet important et doté d’un budget propre. Il tend de plus en plus en l’intégrer à toute production de vidéo via des stratégies moins coûteuses comme la génération de sous-titre via Youtube
• Une formation à l’ergonomie des supports pédagogiques sera proposée à la rentrée 2019 auprès de la communauté pédagogique de l’EHESP.

Voir en ligne : Le Centre d’Appui à la Pédagogie (CApP) de l’EHESP

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires