Renforcer les moyens de mettre en oeuvre le Parenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser (ODD n°17 - Partenariats)

Finances

17.1 Améliorer, notamment grâce à l’aide internationale aux pays en développement, la mobilisation de ressources nationales en vue de renforcer les capacités nationales de collecte de l’impôt et d’autres recettes

17.2 Faire en sorte que les pays développés honorent tous leurs engagements en matière d’aide publique au développement, notamment celui pris par nombre d’entre eux de consacrer 0,7% de leur revenu national brut à l’aide aux pays en développement et entre 0,15% et 0,20% à l’aide aux pays les moins avancés, les bailleurs de fonds étant encouragés à envisager de se fixer pour objectif de consacrer au moins 0,20% de leur revenu national brut à l’aide aux pays les moins avancés

17.3 Mobiliser des ressources financières supplémentaires de diverses provenances en faveur des pays en développement

17.4 Aider les pays en développement à assurer la viabilité à long terme de leur dette au moyen de politiques concertées visant à favoriser le financement de la dette, son allègement ou sa restructuration, selon le cas, et réduire le surendettement en réglant le problème de la dette extérieure des pays pauvres très endettés

17.5 Adopter et mettre en œuvre des dispositifs visant à encourager l’investissement en faveur des pays les moins avancés

Technologie

17.6 Renforcer l’accès à la science, à la technologie et à l’innovation et la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et la coopération triangulaire régionale et internationale dans ces domaines et améliorer le partage des savoirs selon des modalités arrêtées d’un commun accord, notamment en coordonnant mieux les mécanismes existants, en particulier au niveau des organismes des Nations unies, et dans le cadre d’un mécanisme mondial de facilitation des technologies

17.7 Promouvoir la mise au point, le transfert et la diffusion de technologies respectueuses de l’environnement en faveur des pays en développement, à des conditions favorables, y compris privilégiées et préférentielles, arrêtées d’un commun accord

17.8 Faire en sorte que la banque de technologies et le mécanisme de renforcement des capacités scientifiques et technologiques et des capacités d’innovation des pays les moins avancés soient pleinement opérationnels d’ici à 2017 et renforcer l’utilisation des technologies clefs, en particulier de l’informatique et des communications

Renforcement des capacités

17.9 Apporter, à l’échelon international, un soutien accru pour assurer le renforcement efficace et ciblé des capacités des pays en développement et appuyer ainsi les plans nationaux visant à atteindre tous les objectifs de développement durable, notamment dans le cadre de la coopération Nord-Sud et Sud-Sud et de la coopération triangulaire

Commerce

17.10 Promouvoir un système commercial multilatéral universel, réglementé, ouvert, non discriminatoire et équitable sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce, notamment grâce à la tenue de négociations dans le cadre du Programme de Doha pour le développement

17.11 Accroître nettement les exportations des pays en développement, en particulier en vue de doubler la part des pays les moins avancés dans les exportations mondiales d’ici à 2020

17.12 Permettre l’accès rapide de tous les pays les moins avancés aux marchés en franchise de droits et sans contingent, conformément aux décisions de l’Organisation mondiale du commerce, notamment en veillant à ce que les règles préférentielles applicables aux importations provenant des pays les moins avancés soient transparentes et simples et facilitent l’accès aux marchés

Questions structurelles

Cohérence des politiques et des structures institutionnelles

17.13 Renforcer la stabilité macroéconomique mondiale, notamment en favorisant la coordination et la cohérence des politiques

17.14 Renforcer la cohérence des politiques de développement durable

17.15 Respecter la marge de manœuvre et l’autorité de chaque pays en ce qui concerne l’élaboration et l’application des politiques d’élimination de la pauvreté et de développement durable

Partenariats multipartites

17.16 Renforcer le Partenariat mondial pour le développement durable, associé à des partenariats multipartites permettant de mobiliser et de partager des savoirs, des connaissances spécialisées, des technologies et des ressources financières, afin d’aider tous les pays, en particulier les pays en développement, à atteindre les objectifs de développement durable

17.17 Encourager et promouvoir les partenariats publics, les partenariats public-privé et les partenariats avec la société civile, en faisant fond sur l’expérience acquise et les stratégies de financement appliquées en la matière

Données, suivi et application du principe de responsabilité

17.18 D’ici à 2020, apporter un soutien accru au renforcement des capacités des pays en développement, notamment des pays les moins avancés et des petits États insulaires en développement, l’objectif étant de disposer d’un beaucoup plus grand nombre de données de qualité, actualisées et exactes, ventilées par niveau de revenu, sexe, âge, race, appartenance ethnique, statut migratoire, handicap et emplacement géographique, et selon d’autres caractéristiques propres à chaque pays

17.19 D’ici à 2030, tirer parti des initiatives existantes pour établir des indicateurs de progrès en matière de développement durable qui viendraient compléter le produit intérieur brut, et appuyer le renforcement des capacités statistiques des pays en développement

Articles

  • ADEME - Enquête Nationale sur l’Autopartage - Edition 2016

    Recommandations aux collectivités pour le développement des services d’autopartage en boucle – plusieurs documents
    Cette étude menée en 2016 constitue une mise à jour de la première édition de l’Enquête Nationale sur l’Autopartage qui avait été réalisée en 2012 et constituait la première enquête d’envergure sur les usagers, usages et impacts de l’autopartage en France.
    Menée auprès de 2 090 usagers abonnés à 20 services d’autopartage différents, elle montrait l’effet « déclencheur de multimodalité » de l’autopartage en boucle : l’autopartage permettait aux habitants des villes de s’affranchir de la voiture individuelle, de découvrir et de s’approprier d’autres (...)

    9 mai 2017 par Armelle Carnet Lebeurrier Veille 31 visites
  • Le Financement solidaire national - Les prêts

    Premier d’une série d’articles sur le financement des projets de l’économie sociale et solidaire inspiré du site de l’Agence France Entrepreneur
    Prêts
    La Nef
    Propose des prêts à moyen et long terme d’un montant minimum de 10 000 € pour financer toute création d’activité quelle que soit sa forme juridique.
    En savoir plus
    Réseau Entreprendre
    Développe le programme "Entreprendre autrement" qui propose des prêts d’honneur allant de 15 000 à 50 000 € à des porteurs de projets sociaux (projets à finalité sociale, sociétale ou environnementale à lucrativité limitée).
    En savoir plus
    Source : Agence France (...)

    25 novembre 2016 par Gérald Majou Veille 52 visites
  • Lancement d’une étude prospective sur la mesure de l’impact social

    La Fonda, l’Avise et le Labo de l’ESS ESS Économie sociale et solidaire | Présentation engagent une étude prospective sur la mesure de l’impact social. Un appel à souscriptions est lancé.
    De plus en plus, les porteurs de projets à finalité sociale sont amenés à en « mesurer l’impact social » ; cette évaluation devant permettre de confirmer, auprès des financeurs notamment, la rentabilité ou le succès des dispositifs mis en œuvre. L’impact social se mesure alors à partir d’indicateurs et d’outils sophistiqués. Efficace dans certains cas, cette approche consistant à monétiser l’impact social peut parfois s’avérer réductrice et brider le potentiel d’innovation (...)

    23 janvier 2017 par LelaboESS Témoignages 60 visites
  • Optim-ism, des paniers solidaires pour régaler les étudiants

    L’association Association Définition Optim-ism qui fait partie du réseau Jardin de Cocagne, expérimente la livraison de paniers de fruits et légumes auprès des étudiants, à l’Université de Bretagne Sud (UBS) de Lorient. C’est l’une des actions développées par l’association pour toucher un public le plus large possible sur les circuits courts Circuits Courts Définition du concept de circuits courts solidaires et l’agriculture biologique.
    Optim-ism fait partie des initiatives qui construisent des ponts entre une diversité d’acteurs : collectivités, universitaires, particuliers, populations en difficulté, monde agricole, milieu de l’insertion, entreprises (...)

    6 novembre 2016 par LelaboESS Témoignages 79 visites
  • Mise en place d’un marché bio et local sur le campus

    Depuis avril 2016, chaque mardi entre 12h et 14h, la ferme de l’abbé rozier employant des personnes en réinsertion ets présente sur le campus pour proposer sa production de légumes bio. Un boulanger bio vient également compléter l’offre. La cible est le personnel et les étudiants.
    20 octobre 2016 par Sébastien MEHLEN Fiches pratiques 70 visites
  • « Youth ID » : le dialogue intergénérationnel est au cœur de la durabilité !

    Aujourd’hui, on vous présente Youth ID, le projet de Jim et Yanis partis pour 6 mois à la rencontre de jeunes qui veulent se faire entendre… Tiens tiens : ça ne vous rappelle rien ?
    Jim et Yanis, les 2 fondateurs (plutôt badass) deYouth ID Dois-tu réellement lire cet article ?
    Pour le savoir commençons par un bon vieux lieu commun «  : « la jeunesse est le futur ». Convaincu.e ? Si oui, continue à lire (et t’inquiètes pas on va essayer de monter en gamme dans la réflexion) ; si non, poursuis ta lecture, cet article est fait pour toi. D’ailleurs si tu ne penses pas que la jeunesse est le futur et a son mot à dire sur le développement durable, tu (...)

    4 juillet 2017 par REFEDD Débats 19 visites
  • Les éclaircies du financement de l’ESS

    Quand tout semble mal aller, cherchons des signaux positifs. Le financement de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
    Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement est de ceux-là. Ça progresse ! Trois avancées significatives marquent les dernières années de l’ESS française : sa notoriété-attractivité, la loi cadre définissant son périmètre et son accès plus facile aux financements.
    Ce qui avance concerne les financements en haut et bas de bilan, en dehors des financements subventionnels publics, notamment pour les associations. La Loi de 2014 a sécurisé juridiquement la (...)

    22 mars 2017 par LelaboESS Témoignages 32 visites
  • Projet Kayros

    Prévention de la délinquance sur le campus par des actions innovantes d’accueil des lycéens/collégiens en grande difficulté. Action initiée et pilotée par la division Sécurité et Logistique de l’université Paris Ouest Nanterre la Défense - En partenariat avec La protection judiciaire de la jeunesse des Hauts de Seine le pôle éducation de la mairie de Nanterre, Les lycées et collèges avoisinants et leurs personnels, les enseignants, étudiants et personnels de l’université.
    19 septembre 2016 par jlguinot@u-paris10.fr Fiches pratiques 48 visites
  • L’apprentissage d’une autre façon d’entreprendre à l’école :

    « Mon entreprise sociale et solidaire à l’école » est un programme mené par une association : l’ESPER (l’économie sociale partenaire de l’école de la République), ce programme vient combler une lacune dans la connaissance des modes de travail collectif, des valeurs de la solidarité et du partage à l’école.
    Depuis 3 ans suite à un accord-cadre signé entre le gouvernement et l’ESPER, des expériences sont lancées dans les écoles, collèges et lycées pour familiariser les jeunes avec les modes d’entreprendre de l’économie sociale et solidaire. En cette période de tension électorale et sociale, transmettre aux enfants et adolescents le sens de la responsabilité, du (...)

    17 mai 2017 par LelaboESS Témoignages 14 visites
  • Enseigner la RSE : une question ancienne et éminement politique

    Un article de Corinne Vercher-Chaptal Professeur de management, Université Paris 13 – USPC
    Publié le 10 avril 2017 dans The Conversation
    Enseigner la RSE : une question ancienne et éminemment politique
    a e k.
    Corinne Vercher-Chaptal, Université Paris 13 – USPC
    La question de l’enseignement de la responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) n’est pas nouvelle. En effet, l’économiste Howard R. Bowen, identifié comme le père fondateur de la discipline (Gond, 2013), intègre en 1950 dans le cadre de ses fonctions de directeur du département d’économie à l’université de l’Illinois des enseignements relatifs à la responsabilité (...)

    13 avril 2017 par Benoit Grossiord Débats 56 visites

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires