Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable (ODD N°2 - Société)

2.1 D’ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès tout au long de l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante

2.2 D’ici à 2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris en réalisant d’ici à 2025 les objectifs arrêtés à l’échelle internationale relatifs aux retards de croissance et à l’émaciation parmi les enfants de moins de 5 ans, et répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, des femmes enceintes ou allaitantes et des personnes âgées

2.3 D’ici à 2030, doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires, en particulier les femmes, les autochtones, les exploitants familiaux, les éleveurs et les pêcheurs, y compris en assurant l’égalité d’accès aux terres, aux autres ressources productives et intrants, au savoir, aux services financiers, aux marchés et aux possibilités d’ajout de valeur et d’emploi autres qu’agricoles

2.4 D’ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroître la productivité et la production, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptation aux changements climatiques, aux phénomènes météorologiques extrêmes, à la sécheresse, aux inondations et à d’autres catastrophes et améliorent progressivement la qualité des terres et des sols

2.5 D’ici à 2020, préserver la diversité génétique des semences, des cultures et des animaux d’élevage ou domestiqués et des espèces sauvages apparentées, y compris au moyen de banques de semences et de plantes bien gérées et diversifiées aux niveaux national, régional et international, et favoriser l’accès aux avantages que présentent l’utilisation des ressources génétiques et du savoir traditionnel associé et le partage juste et équitable de ces avantages, ainsi que cela a été décidé à l’échelle internationale

2.a Accroître, notamment dans le cadre du renforcement de la coopération internationale, l’investissement en faveur de l’infrastructure rurale, des services de recherche et de vulgarisation agricoles et de la mise au point de technologies et de banques de gènes de plantes et d’animaux d’élevage, afin de renforcer les capacités productives agricoles des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés

2.b Corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur les marchés agricoles mondiaux, y compris par l’élimination parallèle de toutes les formes de subventions aux exportations agricoles et de toutes les mesures relatives aux exportations aux effets similaires, conformément au mandat du Cycle de développement de Doha

2.c Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaires et des produits dérivés et faciliter l’accès rapide aux informations relatives aux marchés, y compris les réserves alimentaires, afin de contribuer à limiter l’extrême volatilité du prix des denrées alimentaires

Articles

  • Contribution de l’établissement à l’université thématique en agrobiosciences

    L’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (IAVFF) a lancé en 2015 un projet d’université numérique thématique en agrobiosciences. L’objectif est de donner accès à l’ensemble de l’offre de formation numérique du système français de recherche et d’enseignement en sciences agronomiques et vétérinaires, via un portail unique. Cette université est pilotée par une équipe de l’Institut chargé de piloter des projets communs aux organismes membres, soit en proposant de répondre à des appels à projets ou en accompagnant les initiatives des établissements. Grâce à la mutualisation des investissements nécessaires à la production des ressources, Agrocampus (...)
    17 octobre 2016 par Armelle Carnet Lebeurrier Fiches pratiques 69 visites
  • Ils nous ont rejoint : Réunir et mobiliser pour un environnement durable

    Cela fait plus de dix ans que les étudiants de l’association Réunir et mobiliser pour un environnement durable (RemeD) de l’Ecole Centrale Supélec (Campus Chatenay-Malabry) œuvre en faveur du développement durable.
    Son objectif ? Inciter les étudiants à adopter les bons réflexes au quotidien, les sensibiliser au changement climatique, et les mettre en lien avec les acteurs du secteur du développement durable.
    Pour cela l’association réalise différentes actions tout au long de l’année : Un système de livraison de paniers de fruits et légumes locaux pour les centraliens. Toutes les semaines les centraliens peuvent commander au choix panier de fruits ou (...)

    4 octobre 2016 par Cassandre Charrier Témoignages 57 visites
  • L’Ecole des Mines de Douai inaugure sa chaire Ecocirnov et fait le pari de l’économie circulaire pour la valorisation des déchets

    Si les consignes de tri des déchets paraissent parfois floues et peu compréhensibles pour le consommateur, le recyclage de ces déchets, une fois le tri effectué, a encore des progrès à faire. La Chaire Ecocirnov des Mines de Douai, en s’associant avec la Métropole Européenne de Lille (MEL) et le Syndicat mixte d’élimination et de valorisation des déchets (Symevad) s’est donné pour mission d’aider à la structuration des filières de recyclage en circuits courts.
    Dans un premier temps, c’est sur la production de compost que l’établissement s’est concentré. En s’associant avec un établissement de formation de personnes handicapées pour créer une Unité de (...)

    16 décembre 2016 par Campus Responsables Témoignages 73 visites
  • L’effrayant « bien-être » de la chose animale

    Isabelle Autran, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Université Paris Lumières
    Les vidéos d’une cruauté inouïe qui ont été filmées dans les abattoirs et rendues publiques par l’association L214 questionnent nos rapports avec les animaux d’élevage ; la question du « bien-être » de ces animaux est ici centrale. Or cette notion est en soi problématique, car elle dépend de la manière dont on appréhende le comportement animal et qui détermine, et comment, les critères de ce bien-être.
    Schématiquement, les sciences du comportement animal s’organisent autour de deux courants de pensée : l’une héritée de la zoologie et fortement inspirée par l’éthologie, (...)

    29 janvier 2017 par Yvan Billa Débats 141 visites 2 commentaires
  • La dégradation des sols, un problème planétaire qui affecte deux milliards d’êtres humains

    La dégradation des terres affecte aujourd’hui, selon les évaluations des Nations unies, deux milliards de personnes dans le monde. Elle concerne un tiers de la surface de la planète et touche une centaine de pays sur tous les continents, mais plus particulièrement l’Afrique (au nord et au sud du Sahara), l’Asie centrale, le Moyen-Orient et une partie du continent américain.
    Éleveur masaï en Tanzanie. Christian Levêque/IRD
    Marc Bied-Charreton, Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay et Robin Duponnois, Institut de recherche pour le développement (IRD)
    Par dégradation des terres, il (...)

    13 février 2019 par Armelle Carnet Lebeurrier R&D 14 visites
  • A quoi ressemble… l’alimentation végétalienne ?

    Dans la cadre de la Journée Sans Viande, Juliette, chargée de mission alimentation au REFEDD vous partage ses conseils et astuces pour limiter sa consommation de viande… voire s’orienter vers un régime végétalien !
    Il y a plein de bonnes raisons pour végétaliser son alimentation : pourquoi ne pas commencer ce lundi 20 mars, à l’occasion de la journée sans viande ? Que ce soit pour les animaux, l’écologie, la santé, le goût, lancez-vous !
    J’ai adopté un régime végétalien, c’est-à-dire que je ne mange plus de produits issus de l’exploitation animale : viande, poissons et autres animaux marins, produits laitiers, œufs, gélatine, miel… Ces produits représentent (...)

    29 mars 2017 par Cassandre Charrier Débats 73 visites
  • CleanCup, la fontaine qui distribue et lave les gobelets

    Selon l’Association Santé Environnement France (ASEF), 4,73 milliards de gobelets en plastique sont jetés chaque année en France. Composés de polypropylène ou de polystyrène, ces gobelets sont quasiment impossibles à recycler. Résultat : ils finissent souvent leur vie dans des décharges où ils mettront 500 ans à se dégrader ... Face à ce constat affligeant, Eléonore Blondeau a élaboré CleanCup, une fontaine à eau qui distribue et lave automatiquement et écologiquement des verres réutilisables et personnalisables. Lorsqu’elle était étudiante à l’Emlyon Business School (membre du réseau Campus Responsables depuis 2016), elle s’est engagée pendant deux ans (...)

    18 juillet 2017 par Campus Responsables Témoignages 18 visites

0 | 10 | 20 | 30

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires