Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable (ODD N°2 - Société)

2.1 D’ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès tout au long de l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante

2.2 D’ici à 2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris en réalisant d’ici à 2025 les objectifs arrêtés à l’échelle internationale relatifs aux retards de croissance et à l’émaciation parmi les enfants de moins de 5 ans, et répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, des femmes enceintes ou allaitantes et des personnes âgées

2.3 D’ici à 2030, doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires, en particulier les femmes, les autochtones, les exploitants familiaux, les éleveurs et les pêcheurs, y compris en assurant l’égalité d’accès aux terres, aux autres ressources productives et intrants, au savoir, aux services financiers, aux marchés et aux possibilités d’ajout de valeur et d’emploi autres qu’agricoles

2.4 D’ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroître la productivité et la production, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptation aux changements climatiques, aux phénomènes météorologiques extrêmes, à la sécheresse, aux inondations et à d’autres catastrophes et améliorent progressivement la qualité des terres et des sols

2.5 D’ici à 2020, préserver la diversité génétique des semences, des cultures et des animaux d’élevage ou domestiqués et des espèces sauvages apparentées, y compris au moyen de banques de semences et de plantes bien gérées et diversifiées aux niveaux national, régional et international, et favoriser l’accès aux avantages que présentent l’utilisation des ressources génétiques et du savoir traditionnel associé et le partage juste et équitable de ces avantages, ainsi que cela a été décidé à l’échelle internationale

2.a Accroître, notamment dans le cadre du renforcement de la coopération internationale, l’investissement en faveur de l’infrastructure rurale, des services de recherche et de vulgarisation agricoles et de la mise au point de technologies et de banques de gènes de plantes et d’animaux d’élevage, afin de renforcer les capacités productives agricoles des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés

2.b Corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur les marchés agricoles mondiaux, y compris par l’élimination parallèle de toutes les formes de subventions aux exportations agricoles et de toutes les mesures relatives aux exportations aux effets similaires, conformément au mandat du Cycle de développement de Doha

2.c Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaires et des produits dérivés et faciliter l’accès rapide aux informations relatives aux marchés, y compris les réserves alimentaires, afin de contribuer à limiter l’extrême volatilité du prix des denrées alimentaires

Articles

  • L’agriculture durable et la transition alimentaire à la COP 25

    En me préparant à la COP 25, j’ai réalisé à quel point l’agriculture avait été peu considérée depuis l’adoption, en 1992, de la « Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique » (CCNUCC), aujourd’hui signée par 197 pays.
    L’importance de l’agriculture dans la lutte contre l’urgence climatique
    Selon le dernier rapport spécial du GIEC, l’exploitation forestière, l’agriculture, et l’industrie agroalimentaire sont responsables de 37% des émissions de gaz à effet de serre (GES). En effet, l’agriculture industrielle induit la déforestation, la dégradation des sols, ou encore l’usage d’intrants chimiques.
    Cependant, des solutions inspirées de la (...)

    23 décembre 2019 par REFEDD Témoignages 5 visites
  • AFUL Chantrerie

    En juin 2010, l’AFUL Chantrerie (Association Foncière Urbaine Libre, voir les statuts) voyait le jour pour permettre la contractualisation entre un opérateur privé, COFELY Services, et plusieurs établissements du site de la Chantrerie pour le financement, la conception, la réalisation et l’exploitation d’une chaufferie bois et d’un réseau de chaleur. En 2016, l’AFUL Chantrerie a accueilli de nouveaux partenaires, principalement privés. L’association regroupe aujourd’hui 15 membres. Les projets de l’AFUL Chantrerie sont développés sur son site : http://web.imt-atlantique.fr/x-dg/aful-c/index.php?page=Projets-transitions. Ils concernent 6 ruches d’abeilles, 70 (...)
    14 octobre 2019 par rivoal Fiches pratiques 68 visites
  • Atlas 2017 des Objectifs de développement durable (ODD)

    La Banque mondiale (BM) a mis en ligne, ce 19/04/17, son « Atlas 2017 des Objectifs de développement durable (ODD) », recueil de statistiques sur le développement et les conditions de vie dans tous les pays du monde.
    “World Bank. 2017. Atlas of Sustainable Development Goals 2017 : From World Development Indicators. World Bank Atlas ;. Washington, DC : World Bank. © World Bank. https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986/26306 License : CC BY 3.0 IGO.”

    5 mai 2017 par Armelle Carnet Lebeurrier Veille 74 visites
  • Séminaire | Les Fermes de Figeac : de la coopérative agricole à la fabrique des territoires

    L’École de Paris du management et le Collège des Bernardins créent le séminaire Économie et sens pour étudier les manières dont s’articulent efficacité et vie sociale dans les entreprises, associations, organismes coopératifs, etc., et pour diffuser les réflexions ainsi suscitées.
    En 1985 est créée la CASELI, coopérative Coopérative Une coopérative est un groupement d’individus (commerçants, consommateurs, producteurs…) choisissant de mettre leurs moyens en commun afin de satisfaire leurs besoins. du Ségala-Limargue, qui recrute trois techniciens pour améliorer la production et l’élevage, et offrir des prestations de service à ses adhérents. Elle devient (...)

    9 mars 2017 par LelaboESS Témoignages 39 visites
  • L’ENSAT de Toulouse organise son 2ème atelier du développement durable : 5 fruits et légumes par jour, la fin des pépins ?

    Le sujet Repère nutritionnel du Programme national nutrition et santé (PNNS), le slogan « Manger 5 fruits et légumes par jour » a acquis depuis 15 ans une grande notoriété, en grande partie grâce à son omniprésence dans nos espaces quotidiens. Bien que court, simple et sans équivoque, ce slogan soulève pourtant de nombreuses questions, qui relèvent de disciplines scientifiques diverses (sciences de la santé, alimentaires, économiques, sociologiques, agronomiques, etc.), et interpellent aussi bien le consommateur que les différents acteurs des secteurs agricoles et agro-alimentaires : Comment les résultats de nombreuses études scientifiques peuvent-ils (...)

    4 décembre 2016 par Campus Responsables Témoignages 56 visites
  • Les ressources alimentation du REFEDD

    Etudiantes, étudiants, associations, vous cherchez à monter un projet sur le thème de l’alimentation ? À en découvrir davantage sur le sujet ? Le REFEDD dispose de nombreuses ressources pour vous aider !
    Notre formation Alimentation Responsable
    Nous proposons une formation Alimentation Responsable de 2 heures, avec une première partie sensibilisation sur différents problèmes et solutions de l’agriculture et l’alimentation modernes, suivie d’une partie pratique où vous allez pouvoir créer des fiches projets fictives (ou non) pour les présenter aux participant.e.s et recevoir avis et conseils.
    Au menu, de la sensibilisation à propos des/du : bio, (...)

    15 décembre 2016 par Cassandre Charrier Témoignages 62 visites
  • Empreinte spatiale, sociale et environnementale de l’alimentation

    Pour aider les citoyen·ne·s et les élu·e·s à répondre à ces questions et à se saisir des enjeux actuels liés à l’alimentation et à la production agricole, Terre de Liens, la FNAB et le Basic viennent de lancer PARCEL (Pour une Alimentation Responsable, Citoyenne Et Locale).
    Gratuit et accessible à tous, cet outil web repose sur une articulation simple et didactique de 3 des principaux leviers de durabilité de l’alimentation :
    • La reterritorialisation des filières alimentaires
    • Les modes de production agricole
    • La composition des régimes (...)

    14 octobre 2019 par Gérald Majou Témoignages 17 visites
  • Stéphane Le Foll signe le deuxième Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire pour une réduction de 50% à l’horizon 2025

    Dans la continuité du premier Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire et pour aller plus loin dans les engagements pris par l’État et ses partenaires, un deuxième Pacte vient de voir le jour pour une durée de 3 ans (2017-2020). Un objectif commun a été fixé : réduire de moitié le gaspillage à horizon 2025.
    Construit autour de 7 axes stratégiques, ce Pacte regroupe 10 engagements de l’État déclinés en 19 mesures opérationnelles. Les partenaires de l’État, représentant l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, s’engagent quant à eux sur la mise en œuvre de 16 actions prioritaires.
    Favoriser la gestion des invendus et le don (...)

    9 mai 2017 par Armelle Carnet Lebeurrier Veille 47 visites
  • Mon Restau Responsable®, pour une restauration collective de qualité et respectueuse de l’environnement

    Vous souhaitez améliorer les pratiques de votre R.U. ? La garantie Mon Restau Responsable ® peut vous intéresser ! Qu’est-ce que Mon Restau Responsable ® ?
    Lancée en juin 2016 par la Fondation Nicolas Hulot et le réseau professionnel Restau’co, elle permet aux restaurants collectifs (en gestion publique ou privée) d’obtenir une garantie valorisant leurs efforts pour une alimentation durable et de qualité. Déjà 150 restaurants ont rempli le questionnaire d’évaluation, et le 1er restaurant a été garanti le 6 juillet 2016.
    Cette garantie s’obtient en quatre étapes : le gestionnaire effectue l’auto-évaluation en ligne, puis le restaurant reçoit la visite (...)

    5 octobre 2016 par Cassandre Charrier Témoignages 106 visites
  • Paupiette, la start-up qui réunit étudiants et seniors à table

    En 2015, Enora Goulard, étudiante âgée de 18 ans, a lancé Paupiette, une start-up sociale et solidaire qui propose une rencontre culinaire entre seniors et étudiants. En quittant sa ville natale pour poursuivre ses études, elle se rend compte que manger sainement et être étudiant n’est pas toujours évidemment et que ses grands parents, alors loin de leurs petits-enfants, sont confrontés à l’isolement.
    C’est ainsi qu’est née Paupiette. Le principe ? Le senior prend contact par mail, courrier ou téléphone avec la startup et indique le repas qu’il souhaite cuisiner, le nombre de places disponibles autour de sa table, et l’heure à laquelle il déjeune. Les (...)

    9 mai 2017 par Campus Responsables Témoignages 109 visites

0 | 10 | 20 | 30

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires