Le consommateur et le gaspillage alimentaire...

28 février 2019 par Benoit Grossiord Débats 11 visites 1 commentaire

Réaction personnelle et commentaires suite à la lecture de l’article intitulé "Gaspillage alimentaire : les dates de péremption, une idée dépassée ?"

Je reprends ici l’extrait de l’article (vu sur le site internet de POSITIVR) qui a suscité cette réaction : "En attendant une prise de décision aux échelons supérieurs, c’est aux consommateurs de faire preuve de bon sens. Au sens propre, car déterminer si un aliment est consommable ou non, cela passe par les sens en premier lieu. Lorsqu’on consomme des produits en vrac ou à la coupe chez le boucher ou le fromager par exemple, point de recommandations sur l’emballage… On se sert alors de ses yeux, de son nez et de ses papilles pour jauger la qualité d’un produit. Il ne tient qu’à nous d’agir de la sorte avec l’ensemble des aliments au lieu de se référer à une date butoir apposée de façon péremptoire."

Voir le lien direct vers l’article en question ci-dessous pour accès au texte intégral.

Pas du tout d’accord ! Cette proposition est juste DANGEREUSE...

Elle part du principe que vos sens peuvent vous aider à savoir si une denrée alimentaire est encore bonne, ce qui est :
Vrai ! Qui mangerait un truc qui pue, ne ressemble plus à rien et vous donne l’envie de gerber ?
Faux, si le consommateur interprète mal ce principe ! C’est pas parce que ça ne pue pas que c’est encore bon, hélas... C’est pour cette raison que la DLC (date limite de consommation) a été inventée, car OUI, certains méchants microbes peuvent être là, en grand nombre sans que nos saints, sains et cinq sens ne les détectent !!!

Alors que faire :
- lancer un débat sur l’utilisation, l’utilité, la pertinence de DLC et DDM (date de durabilité minimale), pourquoi pas : tout est critiquable et c’est vrai que la notion de DDM n’est pas facile à digérer pour le consommateur !
- rendre les acteurs de l’agroalimentaire seuls responsables du gaspillage, je trouve ça un peu facile... Le "foodbashing" un peu gratuit m’irrite quand il semble déresponsabiliser complètement le consommateur, qui apparaît comme une "victime du système"
- dire aux consommateurs que quand ils jettent des denrées alimentaires à la poubelle ou ailleurs, c’est bien eux les seuls responsables de leur "gaspi" par le geste de jeter... Eh oui, c’est pas toujours la faute des autres... c’est qui, qui va directement du frigo au sac poubelle sans passer par la case cuisine et table ?

Mais alors si chacun se disait (ou plutôt assumait le fait) qu’il est responsable à son niveau, le consommateur pourrait juste faire l’effort :
- de s’assurer lors de son acte d’achat de la date jusqu’à laquelle l’aliment acheté est consommable,
- de partir avec uniquement des denrées alimentaires dont il sait qu’il pourra les consommer dans les délais préconisés,
- de cuisiner aussi en fonction de la durée de vie des aliments disponibles dans son frigo.

Facile à dire ! Je vous rassure, il m’arrive de jeter et dans ces cas là, je me traite de "con" en me disant que l’on ne m’y reprendra pas...

Par contre, par pitié, ou surtout par prudence, ne consommez pas des aliments après DLC en pensant que les gens qui vous les ont vendus vous trompent, consommez les avant, ou ne les achetez pas, vous ferez des économies et resterez vivants plus longtemps !

B. Grossiord (Enseignant-Chercheur / Bordeaux Sciences Agro)

Voir en ligne : Gaspillage alimentaire : les dates de péremption, une idée dépassée ?

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Vos commentaires

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires