Pratique du vélo à l’université : quelles mesures incitatives mettre en place ?

2 janvier 2023 par lucarrat Témoignages 7 visites

Les freins récurrents à la pratique du vélo restent identiques depuis quelques années.

À l’Université Paul-Valéry, les freins habituels à la pratique du vélo restent globalement inchangés :
-  Distance
-  Sécurisation du réseau cyclable
-  Impératif d’étapes (déposer quelqu’un sur le trajet)
-  Conditions météo
-  Confort

En revanche, lorsqu’on demande aux agents de se projeter sur une pratique éventuelle du vélo, les deux premières mesures incitatives insuffisamment prises en compte jusqu’à maintenant sont :
-  La sécurisation des stationnements – demande tout particulièrement appuyée chez les agents possédant un vélo électrique.
-  La protection climatique, notamment en cas de fortes chaleurs ou d’intempéries.

En 2016, le manque de places de stationnement et l’insécurité liée au stationnement était seulement la sixième modalité la plus rapportée parmi les cyclistes réalisant le déplacement domicile-travail et ne concernait que 11% des répondants.

En 2018, des aménagements urbains ont débuté et des actions ont été mises en place : développement de pistes cyclables, création de places de stationnement au sein de l’Université Paul-Valéry (583 places). Ces dispositifs de stationnement sont jugés insatisfaisants pour 41 % des répondants à l’enquête et jusqu’à 79 % chez les cyclistes réguliers.

Par la suite, un certain nombre d’aménagements proposés dans l’enquête ont été mis en place. Seul celui priorisé par les répondants n’a pas pu être installé : la sécurisation des dispositifs.

Toutefois, il faut noter que des actions ont été mises en place depuis 2016 telles qu’un atelier de réparation gratuit sur les campus de l’Université Paul-Valéry, des places de stationnement, etc. Ces initiatives sont venues encourager la pratique du vélo et, ainsi, mettre davantage en lumière le problème de sécurisation des stationnements vélo.

En mai 2021, l’enquête est réalisée auprès des étudiants. Pour ce public, le besoin de sécurisation des dispositifs est davantage marqué et les aménagements souhaités sont relativement coûteux (système de surveillance par caméra, local à accès restreint ; gardien, etc.).

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2021, le gravage des vélos est une obligation. Ce dispositif, proposé gratuitement à la faculté, permet de référencer le vélo dans une base de données nationale et d’en retrouver facilement le propriétaire en cas de récupération par les institutions publiques.

En 2022, l’enquête auprès des personnels confirme l’insatisfaction concernant les dispositifs de stationnement vélo pour 51 % des agents (41 % en 2018) et jusqu’à 74 % chez les pratiquants réguliers. Ces derniers confirment la nécessité d’améliorer également la performance des dispositifs concernant le vol, et la protection climatique qui arrive juste derrière.

 [1]

Voir en ligne : Voici l’infographie qui a été réalisée sur le sujet, dans le cadre du bilan DD&RS de l’année universitaire 2021-2022

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires