Un groupe d’étudiants lutte contre la récolte démesurée de coquillages sur les plages du Costa Rica

29 juillet 2017 par Campus Responsables Témoignages 44 visites

En 2016, selon le Centre national de contrôle de l’énergie (CENCE), 96% de l’énergie consommée au Costa Rica était renouvelable. Ce petit territoire d’Amérique latine est en passe de devenir le pays le plus écologique au monde. Parmi les autres initiatives inscrites dans cette démarche de développement durable, le pays interdit d’extraire la flore et la faune de son milieu naturel grâce à la Loi de Conservation de la vie sauvage. Pourtant, les plages du Costa Rica sont victimes d’une récolte démesurée de coquillages. Cette pratique est très répandue parmi les milliers de touristes qui profitent des plages costaricaines sans pour autant connaître l’impact de ce geste sur l’environnement. Selon l’ONG Onesea, les coquillages procurent du carbonate de calcium qui permettent de maintenir une certaine stabilité aux différents écosystèmes marins, en apportant notamment des nutriments aux animaux y aux plantes. Pour lutter contre cette coutume, huit étudiants issus de formations différentes de l’Université du Costa Rica ont développé en 2016 le projet « Conchas en el mar, no en tu hogar », littéralement « Coquilles à la mer, pas dans ta maison ». Ce projet a été soutenu par la « Vicerrectoría de Acción Social », une organisation de l’Université du Costa Rica en charge de partager les bonnes pratiques et expériences dans le milieu universitaire. Impliquant différents organismes comme des centres éducatifs, des associations et des entreprises touristiques, le projet a pour objectif de sensibiliser aux enjeux environnementaux la population vivant dans la commune de Santa Teresa de Cobano à Puntaneras, un village rural devenu très touristique ces quinze dernières années. Pionnier dans la région, il a permis de donner les connaissances nécessaires aux communautés pour protéger leurs ressources maritimes. Aujourd’hui, l’initiative va plus loin dans la démarche : des campagnes de sensibilisation au recyclage ont été mises en place. D’ailleurs, Emmanuel Castro, un des étudiants qui fait partie de l’équipe, a expliqué que la prochaine étape serait de sensibiliser sur les plages pour que les touristes soient également confrontés à cet enjeu encore méconnu.

Voir en ligne : http://www.campusresponsables.com/a...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires