Journées DD&RS participatives à destination d’étudiants ingénieurs

10 mai 2017 par Alexis FRANCOIS, Antoine Lanthony Fiches pratiques 48 visites
1

Description brève

Dans le cadre de la sensibilisation et de la formation au DD&RS, l’ISMEP-Supméca, établissement labellisé DD&RS, a mis en place des journées DD&RS. D’abord sous forme de conférences, celles-ci ont évolué vers un format participatif permettant de mieux capter l’attention des étudiants, sollicitant l’imagination et amenant des échanges.

Deux événements existent : une demi-journée à destination des étudiants de première année ingénieur et une journée à destination des étudiants de troisième et dernière année ingénieur. Elles sont un complément aux autres éléments de la politique de sensibilisation et de formation au DD&RS, l’une des volontés premières de l’établissement dans ce domaine étant d’agir auprès des étudiants, qui seront les principaux vecteurs du DD&RS dans le cadre de leur future vie professionnelle.
La demi-journée DD&RS à destination des étudiants de première année se déroule de la manière suivante : les étudiants travaillent par groupes en méthode brainstorming sur deux amphis puis effectuent une mise en commun et une restitution par amphi devant un ou des intervenant(s) du monde professionnel, qui commentent les restitutions puis présentent leurs expériences. A titre d’exemple, en 2015-2016 et 2016-2017, les étudiants ont eu pour objectifs de : 1. définir le DD&RS et imaginer thématiques, missions, objectifs, compétences, interlocuteurs, problématiques d’un responsable DD&RS dans une entreprise de taille intermédiaire ou un grand groupe ; 2. imaginer interactions et contraintes liées au DD&RS d’un ingénieur lorsqu’il sera en poste.

La journée DD&RS à destination des étudiants de troisième année est également participative depuis 2016-2017 : la matinée est consacrée au travail de brainstorming et de mise en commun, l’après-midi aux restitutions et aux interventions. Plus ambitieuse, cette journée a proposé pour sa première édition une réflexion prospective autour de sept thématiques (transports de passagers et de marchandises, gestion des nuisances, bien-être au travail, économie circulaire…), chacune d’elle ayant été traitée par deux groupes ayant mis en commun et présenté leurs résultats sous forme de cartes mentales.

Les intervenants extérieurs sont quant à eux des professionnels en situation de responsabilité sur des problématiques DD&RS au sein de grands groupes.
Les enquêtes de satisfaction que nous avons menées après chaque événement nous indiquent une satisfaction très importante autour de ces journées : les étudiants de première année plébiscitant le format participatif, les étudiants de troisième année accordant également une grande importance à la présence d’un intervenant passionné leur permettant d’échanger et de se projeter.

Mots-clefs : participatif, brainstorming, imagination, réflexion, échanges

Éléments facilitateurs pour l’initiative

L’ISMEP-Supméca, une école d’ingénieurs publique de Seine-Saint-Denis impliquée dans une démarche DD&RS

Depuis 2010, l’ISMEP-Supméca a pas-à-pas mis en place une stratégie et des actions DD&RS. L’école, qui forme en 3 ans (1/3 de stages industriels ; 1/3 de projets et expérimentations ; 1/3 de cours et travaux dirigés) des ingénieurs spécialistes en modélisation, conception et systèmes de production, embauchés à 80 % par des grands groupes industriels, a défini ses deux volontés DD&RS premières comme suit :
• Agir auprès des étudiants qui seront les principaux vecteurs du DD&RS dans le cadre de leur future vie professionnelle,
• Former l’ensemble de nos étudiants pour qu’ils soient opérationnels et capables de faire un bilan énergétique ou carbone et une analyse du cycle de vie.
Les volontés secondaires de l’école, telles que définies dans sa stratégie DD&RS, sont les suivantes :
• Promouvoir le DD & RS par des actions concrètes,
• Utiliser la dimension familiale de l’école afin de mener des projets associant personnels, apprenants et diplômés,
• Etre pionnier sur son territoire et s’ouvrir plus sur son territoire.

Les journées DD&RS participatives, un élément complémentaire et innovant pour nos étudiants dans l’offre de formation

Les journées DD&RS sont au nombre de deux : une demi-journée DD&RS à destination des étudiants de première année et une journée DD&RS à destination des étudiants de troisième année. Sont concernés environ 150 étudiants en première année et 90 à 100 étudiants en troisième année, les étudiants en apprentissage n’étant pour le moment pas impliqués dans ces journées.
Mises en place depuis plusieurs années, les journées DD&RS l’ont initialement été sous un format classique de conférences. Malgré des interlocuteurs évoquant des sujets variés et d’intérêt (énergie éolienne, sociétés coopératives…), ces conférences rencontraient un succès mitigé et des étudiants ont demandé une évolution vers un format moins passif pour eux.

Ces événements constituant un complément aux autres éléments de la politique de sensibilisation et de formation au DD&RS présentés précédemment avec pour objectif de répondre avant tout à la volonté d’agir auprès des étudiants qui seront les principaux vecteurs du DD&RS dans le cadre de leur future vie professionnelle, la demande des étudiants a rencontré l’observation des chargés de mission : un changement de format de ces journées était nécessaire.

Celles-ci ont donc évolué vers un format participatif permettant de mieux capter l’attention des étudiants, mais aussi sollicitant l’imagination et amenant des échanges. Cette évolution a été réalisée de manière progressive : passage à un format participatif pour la demi-journée destinée aux étudiants de première année en 2015-2016, puis, devant le succès, passage à ce même format pour les deux journées en 2016-2017.

Concrètement, la demi-journée DD&RS à destination des étudiants de première année se déroule de la manière suivante : les étudiants, répartis en deux amphis, travaillent par groupes en méthode brainstorming puis effectuent une mise en commun et une restitution par amphi devant un ou plusieurs intervenant(s) du monde professionnel, qui commentent les restitutions puis présentent leurs expériences. A titre d’exemple, en 2015-2016 et 2016-2017, les étudiants ont eu pour objectifs de : 1. définir le DD&RS et imaginer thématiques, missions, objectifs, compétences, interlocuteurs, problématiques d’un responsable DD&RS dans une entreprise de taille intermédiaire ou un grand groupe ; 2. imaginer interactions et contraintes liées au DD&RS d’un ingénieur lorsqu’il sera en poste.

La journée DD&RS à destination des étudiants de troisième année est également participative depuis 2016-2017 : la matinée est consacrée au travail de brainstorming et de mise en commun, l’après-midi aux restitutions et aux interventions. Plus ambitieuse, cette journée a proposé pour sa première édition une réflexion prospective autour de sept thématiques (transports de passagers et de marchandises, gestion des nuisances, bien-être au travail, économie circulaire…), chacune d’elle ayant été traitée par deux groupes ayant mis en commun et présenté leurs résultats sous forme de cartes mentales.

Introduit récemment, l’outil de carte mentale, inconnu par une majorité d’étudiants, tout comme la méthode brainstorming, a été utilisé de manière inégale. En effet, si certains étudiants et groupes d’étudiants en ont saisi les potentialités, d’autres l’ont semble-t-il utilisé trop tôt, tout comme ils ont mis en commun trop tôt, limitant parfois la puissance de la méthode de brainstorming. Néanmoins, le retour fait par les observations quant aux outils et méthodes utilisés est très positif.

Parmi ces observateurs figurent les chargés de mission DD&RS, des enseignants associés à ces journées, mais aussi les intervenants extérieurs, qui sont des professionnels en situation de responsabilité sur des problématiques DD&RS au sein de grands groupes. Kering, Alstom et SNCF Réseau ont déjà répondu favorablement à l’ISMEP-Supméca pour participer à ces journées. Tous ont souligné l’intérêt de ces journées et ont apprécié leur participation. Cela a de plus, dans le cas d’Alstom et de SNCF Réseau, permis de renforcer l’ancrage local de l’ISMEP-Supméca auprès de partenaires industriels de Seine-Saint-Denis.

Bilan

Les enquêtes de satisfaction (questions sur le principe de la journée, le programme, le format participatif, les interventions, ainsi que les restitutions dans le cas des étudiants de troisième année) que nous avons menées après chaque événement nous indiquent une satisfaction très importante autour de ces journées : les étudiants de première année plébiscitent le format participatif, les étudiants de troisième année accordent également une grande importance à la présence d’un intervenant passionné leur permettant d’échanger et de se projeter.

A titre indicatif et de manière globale, si nous ramenons les évaluations réalisées à une note sur vingt pour l’année universitaire 2016-2017, la demi-journée à destination des étudiants de première année a été évaluée à 15/20 et la journée à destination des étudiants de troisième année a été évaluée à 14/20.
La majorité des commentaires ajoutés sont également positifs, comme en témoignent ces exemples :
• Sur l’intérêt de la sensibilisation au DD&RS, sur le format et la méthode :
o « extrêmement intéressant, à renouveler absolument pour les promotions à venir, cette journée m’a conforté dans l’idée de vouloir travailler dans le DD&RS »,
o « format plus intéressant que les conférences habituelles »,
o « bien de faire un brainstorming »,
o « format intéressant »,
o « parfait, rajouter une journée, c’est trop court »,
o « méthode très intéressante ».
• Sur les intervenants extérieurs et les échanges avec eux :
o « présentation vivante »,
o « animateur passionné »,
o « découverte de plusieurs métiers »,
o « échanges avec les intervenants : ++ ».

Certains commentaires sont quant à eux centrés sur de petites évolutions à amener :
• Demande de plus de temps pour réaliser les cartes mentales :
o « peu de temps pour mettre en commun les idées »,
o « partage des idées très intéressant mais pas suffisamment de temps ».
• Demande d’un positionnement plus tôt dans le calendrier :
o « à faire en septembre ou octobre »,
o « regrettable de devoir attendre ».
• Proposition de la mise en place de journées de bénévolat :
o « organiser une journée d’action / sensibilisation du type récolte de déchets »,
o « il faut plus d’actions : ramassage de déchets dans les parcs »

Enfin, bien qu’étant peu nombreux, certains commentaires négatifs apparaissent également :
• Scepticisme autour de la réalité factuelle de certains propos tenus :
o « intéressant mais je reste toujours sceptique sur la véracité des propos tenus ».
• Doute quant à l’intérêt pour des étudiants ingénieurs et/ou impression de déjà-vu quant au discours général sur le DD&RS :
o « notion rabâchée depuis bientôt 20 ans »,
o « chose à laquelle nous sommes déjà sensibilisés »,
o « rien de nouveau, on est sensibilisé sur des thèmes sur lesquels nous n’avons aucune influence ».

Commentaires

Ces commentaires négatifs, qui attirent finalement davantage notre attention, nous semblent avoir plusieurs sources. Tout d’abord, un certain nombre d’étudiants continuent à associer le DD&RS à son seul aspect environnemental et à négliger la responsabilité sociétale, l’aspect environnemental étant effectivement le plus présent dans les médias, dans leur cursus ou encore dans les cours de l’école via les modules EESY et ECOS déjà présentés dans ce papier. L’autre élément semble être une sorte de résignation de certains quant à leur future capacité à orienter les choix et changer les choses.
En conclusion et pour aller plus loin

Malgré quelques critiques, ces journées DD&RS sont jugées positivement et sont plus appréciées que les précédentes journées basées sur des conférences. Elles vont donc être pérennisées et, en réponse à certaines suggestions ou critiques, évoluer. Ainsi, la demande d’un positionnement plus tôt dans le calendrier va être prise en compte en 2017-2018, tout comme la demande d’une explication plus poussée de la méthode brainstorming sera réalisée et plus de temps sera accordé aux étudiants pour le travail de groupe. De plus, via le système d’info-flash DD&RS, les thématiques économiques et sociétales sont mises en avant afin de réaliser une communication variée, non-exclusivement centrée sur les questions environnementales.
Un défi de ces journées déjà participatives est de faire en sorte que le plus d’étudiants possibles aient conscience d’avoir la possibilité, en tant qu’ingénieur, d’influencer un certain nombre de choix et de mener une réflexion systémique intégrant l’ensemble des paramètres DD&RS, malgré les contraintes diverses auxquelles ils seront confrontés.
Enfin, un dernier défi concerne la dissémination. L’extension de ces journées aux étudiants en apprentissage pourra être évoqué ultérieurement, tandis que l’inclusion d’une dimension DD&RS voire des éléments brainstorming et carte mentale sont envisagés par exemple dans la demi-journée consacrée à l’entrepreneuriat, en accord avec la logique consistant à disséminer le DD&RS dans tous les modules dans lesquels cela s’avère pertinent.

Contacter l’auteurContacter l’auteur