Le premier Forum sur la Paix à Paris, vu par une étudiante

5 décembre 2018 par REFEDD Témoignages 30 visites

Étudiante en Master de Politique Environnementale à Sciences Po, j’ai eu la chance d’assister au Premier Forum de Paris sur la Paix les 11 et 12 Novembre dernier. A ma grande surprise cette expérience était extrêmement enrichissante et inspirante grâce aux nombreux projets présentés que j’ai pu découvrir dans le domaine du Développement Durable et de l’Environnement.

 

 

Symbolique

Difficile de passer à côté ce week-end, les commémorations des 100 ans de l’Armistice de 1918 étaient partout. Notamment à Paris où se tenait en parallèle le premier Forum de la Paix de Paris à La Villette. Au programme : des chefs d’états, des personnalités politiques, des ONG, des activistes, des politologues, des journalistes, mais aussi et surtout 119 projets présentés par des associations, des entreprises et des jeunes pour avec pour objectif commun la paix. Les projets étaient divisés en 5 thèmes :

  • Economie Inclusive
  • Nouvelles Technologies
  • Paix et Sécurité
  • Environnement
  • Développement

 

©Page Facebook Officielle Paris Peace Forum

Habituellement, quand on aborde la question de la paix, on pense évidemment à la guerre et sa dimension violente. C’est alors avec satisfaction que j’ai pu découvrir que la politique internationale commencer à réconcilier environnement et développement durable (DD) avec la diplomatie et la Paix. En effet, le changement climatique crée des sécheresses, des inondations et un appauvrissement des sols, ce qui pousse les populations à migrer et fatalement provoque d’importants conflits. De plus, la corrélation entre la raréfaction des ressources et les conflits devient indéniable. En effet, dans un rapport de 2012, l’Organisation des Nations Unies affirme que l’«  On observe aussi une multiplication des situations de concurrence et de conflit face à une diminution de ressources renouvelables, notamment en eau et en terres. Cet état de choses a été́ encore aggravé par la dégradation de l’environnement, la croissance démographique et le changement climatique. La gestion défectueuse de terres et de ressources naturelles a contribué́ à la création de nouveaux conflits, tout en compromettant la résolution pacifique de ceux qui existaient déjà̀. »[1]

J’étais donc impatiente de voir comment on pouvait aborder la situation dans la vie quotidienne avec les projets et conférences proposés. Immersion.

Jour 1 : 11 Novembre 2018

Je ne vous cache pas que lorsque l’on se retrouve de l’autre côté de ce que l’on voit d’habitude à la télé, c’est assez impressionnant ! On croise Justin Trudeau, Christine Lagarde et Emmanuel Macron, mais ma déception a atteint son paroxysme lorsque j’ai appris que Trump ne serait pas de la partie… Il faut dire qu’entre discussions sur le multilatéralisme et l’environnement, il aurait été surement très à l’aise !

La Grande Halle de la Villette a été transformée pour accueillir 119 stands de projets, environ 6 espaces pour les conférences et débats. L’espace le plus impressionnant était l’Agora au fond du Hall, rappelant fortement les grandes conférences internationales de l’ONU.

 

©Page Facebook Officielle Paris Peace Forum

Nous assistons ensuite à 2 conférences sur comment établir une paix durable avec les Présidents de la Colombie, du Nigéria et du Portugal, et les Premiers Ministres de la Palestine, l’Arménie, la Grèce et la République Tchèque. Comment dire que l’environnement et le développement durable n’étaient pas vraiment au rendez-vous… C’est un peu pessimiste que je ressors de la conférence 2h plus tard, mais avec des étoiles plein les yeux de découvrir les coulisses d’un tel événement. J’ai hâte pour le 2ème jour !

 

Jour 2 : 12 Novembre 2018

 J’arrive à 13h, car j’avais cours le matin (on ne perd pas de vue ses priorités !), ce qui me laisse le temps de découvrir quelques stands avant ma première conférences à 14h. Voici quelques projets qui ont retenu mon attention :

  • Global Pact for the Environnement : 100 juristes du monde entier ont écrit un Pacte Mondial qui se consacre au Droits et Devoirs des nouvelles générations pour protéger la Planète. Le projet a notamment été débattu à l’ONU.
  • Climatenza : son équipe a trouvé un moyen de stocker l’énergie solaire avec une immense parabole dans le désert chilien. Le projet est toujours à l’état de prototype.
  • The Sea Cleaners  : vous avez surement vu passer le prototype d’un bateau qui récupère les déchets plastiques dans les Océans. Et bien c’est eux ! Avec le Quadrimaran Manta électrique, il compte bien nettoyer les Océans. Je vous laisse découvrir le projet sur leur site internet, car ça vaut vraiment le détour !
  • Youth Climate Leaders  : place aux jeunes ! Youth Climate Leaders propose des programmes d’échanges et d’apprentissages pour former les jeunes à être les leaders climatiques de demain. Entre apprentissage sur le terrain, voyages, débats et rencontres, le programme prend en considération que c’est notre génération qui devra traiter des enjeux climatiques du futur !
  • Hungry for Peace : la FAO, le Programme Alimentaire Mondial et Action contre la Faim coordonnent leurs actions dans le Monde pour réduire la faim, optimiser l’autonomie alimentaire des pays et promouvoir les méthodes d’agricultures plus respectueuses de l’environnement.

 

Vous pourrez retrouver tous les projets présentés ici  !

 

Après avoir fait le tour des stands, je me rends à la conférence : Pacte Mondial pour l’Environnement, sommes-nous prêts ?

Le panel est composé de Laurent Fabius, le Président du Costa Rica, le Président du Sénégal, le vice-président de la Banque Européenne de Reconstruction et Développement, et Hindou Oumarou Ibrahim, l’unique femme du panel, une activiste environnementale et féministe du Tchad, venue nous faire part des dégâts concrets du réchauffement climatique dans son pays où l’on observe des températures avoisinant les 50° à l’ombre, et où la sécheresse menace les ressources et l’agriculture. Pendant la conférence, je la trouve vraiment pertinente car elle n’emploie pas le langage diplomatique que l’on a l’habitude d’entendre, mais parle avec des mots simples, clairs, et avec un impact très fort.

 

Louise (à dr.) avec Hindou Oumarou Ibrahim !

 

A la fin de la conférence, je suis allée la voir pour la remercier d’inciter notre génération, les jeunes d’aujourd’hui et les étudiant.e.s à se motiver pour protéger notre planète. Elle était émue de voir que la mobilisation étudiante est bien présente et que nous ne baisserons pas les bras.

En conclusion, cela m’a fait du bien de voir que malgré l’inaction des plus grands comme le gouvernement des Etats-Unis et du Brésil face au Développement Durable et l’Environnement, cela reste minoritaire si la société civile se motive vraiment. Beaucoup d’adultes et hauts responsables y étaient présents, mais il faut se rappeler que c’est nous qui avons le pouvoir d’agir pour demain également, en votant, consommant et nous informant. Sur ce, on se retrouve après la COP24 avec le retour d’expérience de Margot ! En attendant, faites le tri, pas la guerre !

 

Article rédigé par Louise Dubreuil, chargée de mission économie circulaire au REFEDD.

 

1] Guide pratique pour la prévention et la gestion des conflits liés à la Terre et aux ressources naturelles, ONU, 2012

Cet article Le premier Forum sur la Paix à Paris, vu par une étudiante est apparu en premier sur REFEDD - RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable.

Voir en ligne : http://refedd.org/forum-paix-paris-...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires