Compte-rendu de la première rencontre ProspectivESS : "Agriculture et alimentation durables"

20 août 2018 par LelaboESS Témoignages 14 visites

Le séminaire "Agriculture et alimentation durables" s’est tenu en avril 2018 et a rassemblé une soixantaine d’acteurs de terrain, de collectivités territoriales et de chercheurs. Ceux-ci ont construit leurs réflexions autour de deux enjeux majeurs : "Faire évoluer nos pratiques dans la perspective d’une transition agricole et alimentaire d’ici 2050" et "Les effets de la coopération entre acteurs des territoires pour réussir la transition agricole et alimentaire". Le compte-rendu conduit à huit pistes d’actions pour les acteurs et pour les pouvoirs publics.

Accéder à la publication Compte-rendu du séminaire ProspectivESS : Agriculture et alimentation durables en pdf...

Quels leviers territoriaux dégager de nos expériences pour réussir une transition agricole et alimentaire d’ici 2050 ?

La première séquence est introduite par Philippe Pointereau, directeur du pôle Agro-Environnement de SOLAGRO, qui présente le travail de recherche et de modélisation qui a donné naissance à "Afterres2050", un scénario de transition agricole, alimentaire et climatique. Afterres2050 s’est inspiré du scénario NégaWatt dans sa démarche, partant des besoins et basée sur les trois principes de la sobriété, de l’efficacité et du renouvelable. Aujourd’hui, ces deux scénarios sont couplés. « Actuellement, la production agricole émet à elle seule 55% de notre quota journalier de GES de 2050, et jusqu’à 83% si on inclut tout le système alimentaire. Chaque français émet en moyenne 25 kg de CO2 par jour, alors qu’il faudrait idéalement en émettre quatre fois moins, selon Afterres 2050 », a notamment expliqué Philippe Pointereau.

L’atelier sur les leviers territoriaux pour une transition agricole et alimentaire a permis de faire émerger des réflexions sur plusieurs points :

La conception du territoire et son périmètre
Le fait que la transition ne peut se résumer aux circuits courts
La nécessité de partir des besoins des acteurs : citoyens, agriculteurs, collectivités territoriales, associations, universitaires. L’atelier a listé un certain nombre des besoins des agriculteurs : arrêter la course à l’agrandissement et à l’endettement ; partir du coût de production ; s’appuyer sur des expériences qui prouvent la possibilité de changer le rapport de force et de mettre en place des modèles qui fonctionnent d’un point de vue à la fois économique, social et environnemental ; sortir de la captivité de la filière et se diversifier ; accéder au foncier ; mutualiser et construire des solutions de stockage et de logistique locale ;
La création et la mesure de la valeur plurielle

L’atelier a également été l’occasion de faire émerger des plans d’action pour les pouvoirs publics (collectivités et Etat), dont : le renforcement des moyens financier des territoires, le levier citoyen/consommateur et le lien campagnes-villes, l’enjeu de l’éducation populaire.

L’ensemble de cette séquence est synthétisé dans la première partie du compte-rendu, de la page 11 à la page 27. Accéder à la publication Compte-rendu du séminaire ProspectivESS : Agriculture et alimentation durables en pdf...

Comment amener les acteurs du territoire à coopérer autour d’objectifs communs pour rendre plus efficace le processus de transition ?

La deuxième partie du séminaire est introduite par Dominique Olivier, directeur de la coopérative Les Fermes de Figeac et du pôle Figeacteurs, et Paul Mazerand, animateur du Réseau national pour un Projet Alimentaire Territorial co-construit et partagé (Rn PAT). Le premier a présenté les activités et leur organisation à Figeac : coopérative agricole, distribution de produits du terroir dans les magasins partenaires, mais aussi diversification à travers la production d’énergies renouvelables (centrale photovoltaïque) et PTCE répondant aux besoins du territoire dans la petite enfance, insertion, la transformation et les éco-activités. Paul Mazerand a, quant à lui, introduit les Rn PAT, dont l’objectif est de "favoriser les échanges, capitaliser les bonnes pratiques, produire des outils méthodologiques et contribuer à l’amélioration des politiques publiques françaises et européennes."

L’atelier sur la coopération qui s’en est suivi a exploré plusieures problématiques :

Pourquoi coopérer ?
Coopération n’est pas synonyme de territorial et de circuits courts
Comment les acteurs peuvent-il coopérer ? Sur cette question, plusieurs modalités ont été retenues : dialogue et reconnaissance des désaccords, construction d’un nouveau récit commun, enjeux autour du mode de coopération et de gouvernance (avec l’exemple des SCIC et des PTCE notamment), coopération par l’économie circulaire,
Quels exemples de coopérations multi-acteurs ? Où ont été présentés les modèles du supermarché coopératif La Louve, la filière locale de pain bio Raspaillou, le réseau Cocagne, les halles alimentaires de la Ville de Paris, le réseau des sites pilotes Eau et Bio
La reprise ou la création d’exploitation

Cette séquence est à retrouver de la page 28 à la page 45 du compte-rendu de la rencontre. Accéder à la publication Compte-rendu du séminaire ProspectivESS : Agriculture et alimentation durables en pdf...

Des idées pour débattre

Huit pistes de travail ont été élaborées à partir des échanges engagés lors de ce séminaire et sont détaillées dans la partie finale de la publication :

Relocaliser l’agriculture
Favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs
Soutenir la transition vers des filières agroécologiques
Mesurer l’impact de la transition agroécologique dans les territoires
Promouvoir un autre mode de consommation
Renforcement de la gouvernance des territoires
Opérationnalité de la coopération / collaboration
Financer des projets

Voir en ligne : Compte-rendu

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires