À Bordeaux, l’occupation de l’espace public sur les campus est observée sous le prisme du genre

19 juin 2018 par Campus Responsables Témoignages 41 visites

Avec la multiplication des masters spécialisés et des financements de thèse sur le sujet, les études de genre se développent de plus en plus en France depuis une dizaine d’années. En conséquence, des travaux de recherche nous invitent à repenser notre quotidien sous un nouvel angle, comme notamment la façon dont l’espace public est occupé. Yves Raibaud (chercheur en géographie au CNRS de Bordeaux) et Marie-Christine Bernard-Hohm (ethno-urbaniste à l’agence d’urbanisme de Bordeaux Métropole Aquitaine) ont ainsi montré que certains lieux étaient de fait non-mixtes dans la ville de Bordeaux, et qu’en général les politiques publiques favorisent des loisirs urbains à destination des hommes.

Sur le campus de Pessac Talence Gradignan, à proximité de Bordeaux, un travail a été mené à ce sujet dans le cadre de la Mission égalité en 2017. À l’aide d’une enquête en ligne, d’entretiens et de marches exploratoires, une étude a ainsi été réalisée afin de comprendre le sentiment d’insécurité chez les étudiantes. Cela a notamment permis de rassembler de nombreux témoignages sur des faits aussi alarmants que des exhibitionnistes sur le campus ou encore des hommes qui suivent les étudiantes jusqu’à leur résidence. Un harcèlement générant des stratégies d’évitement et des conditions d’étude grandement insatisfaisantes pour ses victimes. En conséquence, la Mission égalité étudie les aménagements urbains (éclairage, cheminement), mais se penche également sur une campagne de communication contre le harcèlement et une présence policière accrue. Une démarche à saluer, qui s’ancre dans les actions en cours du gouvernement que nous avions relayé il y a quelques mois.

Voir en ligne : http://www.campusresponsables.com/a...

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires