Gestion des déchets : vers un monde « zéro décharge » ?

10 avril 2018 par The Conversation France Débats 54 visites

On pense souvent que la décharge – ce lieu où l’on entrepose les détritus – est la plus ancienne façon de se « débarrasser » de ses déchets. Mais si l’histoire des décharges publiques remonte aussi loin que celle des villes, on ignore souvent que le concept de décharge tel que nous le connaissons aujourd’hui ne date que du début du XXe siècle.

File 20180327 109179 aglhpo.jpg?ixlib=rb 1.1
Dans une décharge bien exploitée, les déchets sont rarement laissés à l’air libre plus de quelques heures. Ben_Kerckx/Pixabay, CC BY

Christian Duquennoi, Irstea

C’est en effet en 1912 que l’on construit à Bradford, en Angleterre, le premier site d’enfouissement contrôlé des déchets. Il ne s’agit plus alors de les laisser à ciel ouvert, mais de les enterrer dans une fosse, une ancienne carrière d’argile en l’occurrence, et de les recouvrir de terre.

Vers une économie plus circulaire

Il le faut bien, car à la Belle Époque, les déchets sont produits en quantités de plus en plus importantes – révolution industrielle oblige – tandis que le temps du chiffonnage et de la récupération, très dynamiques au XIXe siècle, est désormais révolu.

Et l’autre façon « d’éliminer » les déchets – qui comme l’idée de s’en « débarrasser » est un mythe, car aucune matière ne se perd vraiment – en les incinérant à échelle industrielle, une technique inventée dans le dernier quart du XIXe siècle, ne suffit plus. Suivant l’exemple anglais, l’enfouissement contrôlé des déchets est inauguré en 1927 aux États-Unis et en 1935 en France, à Liancourt-Saint-Pierre (Oise).

Depuis le dernier quart du XXe siècle, les décharges françaises sont classées en trois catégories. Les décharges de classe 1 ne reçoivent que les déchets dangereux, celles de classe 3 les déchets inertes (par exemple, les gravats et les terres non polluées). Les décharges de classe 2 accueillent les déchets « non dangereux et non inertes », c’est-à-dire nos déchets ménagers et ceux des entreprises et institutions qui sont « assimilés » aux déchets des ménages : papiers, cartons, emballages, déchets organiques putrescibles, etc.

Intéressons-nous d’un peu plus près à ces décharges de classe 2, où se retrouve encore aujourd’hui à peu près le quart de nos « déchets ménagers et assimilés », contre plus de la moitié il y a 25 ans. Alors que la France comptait une centaine de ces sites dans les années 1970, il y en a eu jusqu’à 500 dans les années 1990, avant que leur nombre décroisse dans les années 2000. On en dénombrait précisément 221 en 2014 et cette diminution se poursuit. Toutes ces données chiffrées sont officiellement comptabilisées par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Ce désamour pour la décharge résulte de deux formes de prise de conscience collective relayée par la volonté politique. Il y a d’abord celle des opposants qui ont très tôt mis en évidence les nuisances de ces installations auprès des riverains et leurs impacts potentiellement négatifs sur l’environnement : pollution de l’air et des eaux, émissions de gaz à effet de serre.

Il y a eu ensuite la reconnaissance du caractère limité de nos ressources en matières premières, qui a déterminé la transition en cours vers une économie plus circulaire. Le temps de l’« élimination » touche presque à sa fin, pour faire place à celui de la réduction et de la valorisation des déchets.

Et si l’on stocke encore 25 % de nos déchets ménagers et assimilés en décharge et que l’on en incinère encore 32 % aujourd’hui en France, on parvient tout de même à en valoriser 42 % – sans compter ce que l’on nomme « valorisation énergétique » quand on récupère la chaleur produite par l’incinération.

Des contrôles de qualité stricts

En 2018 en France, une décharge a peu de rapports avec ses ancêtres de l’Antiquité ou avec ses cousines des pays en développement… à part le fait de stocker des déchets. Soumises à des directives européennes, des décrets et des arrêtés ministériels doublés d’arrêtés préfectoraux apportant des précisions spécifiques, contrôlées par des services de l’État, elles obéissent à des normes de sécurité et de qualité strictes.

Tout d’abord, on ne construit pas ce type d’installation n’importe où : le site doit présenter une géologie favorable limitant les risques de pollution des eaux souterraines et doit être suffisamment éloigné des habitations. Si la géologie assure une part de la sécurité, elle ne fait pas tout. L’étanchéité est renforcée par des barrières artificielles, dont au moins une « géomembrane », cette épaisse feuille de matière plastique particulièrement résistante et dont la continuité est assurée par des soudures. La qualité du matériau et de sa mise en œuvre est encadrée par des normes précises et fait l’objet de contrôles par des organismes indépendants.

On équipe également l’ouvrage de dispositifs de captage des lixiviats, ces jus causés à la fois par la percolation des eaux de pluie pendant l’exploitation de la décharge et par la dégradation des déchets par des micro-organismes. Ainsi récupéré, le lixiviat est traité pour en extraire la fraction polluante. On capte également les biogaz, essentiellement du méthane et du gaz carbonique, produits par les micro-organismes en question. Quand le biogaz est produit en quantités suffisantes, il est valorisé énergétiquement, sous forme de chaleur et/ou d’électricité.

30 ans de suivi post-exploitation

Pendant l’exploitation, la nature des déchets entrants est réglementée : on ne stocke pas tout et n’importe quoi dans une catégorie donnée. En classe 2, rien que des déchets « non dangereux et non inertes », dont la provenance est traçable et la nature contrôlée.

Dans une décharge bien exploitée, les déchets sont rarement laissés à l’air libre plus de quelques heures. On les recouvre à la fin de la journée de terre ou de matériaux similaires de récupération afin de réduire les odeurs et les envols de papiers et plastiques.

À la fin de l’exploitation, qui dure en général plusieurs années, les déchets sont recouverts par un feuilletage de matériaux appelé « couverture définitive » ; il permettra d’améliorer la mise en sécurité du site et ainsi de mieux contrôler la collecte des biogaz et des lixiviats. Mais ce n’est pas tout : même après l’arrêt de son exploitation, l’installation reste sous surveillance – en particulier en ce qui concerne la production de biogaz et de lixiviat et la qualité des eaux souterraines et de surface.

Cette obligation de suivi post-exploitation, imposée par la loi à l’exploitant, dure au minimum trente ans. Au terme de cette durée, l’exploitant doit faire valider par les services de l’État l’absence d’impact sur les eaux souterraines et superficielles et sur l’air, ainsi que le réaménagement final du site.

Pourra-t-on un jour se passer des décharges ?

La véritable question est plutôt : quand ? L’État français s’est fixé en 2015 deux objectifs de diminution de la mise en décharge des déchets « non dangereux et non inertes », c’est-à-dire « ménagers et assimilés » : d’abord une réduction de 30 % en 2020, puis de 50 % en 2025.

Selon les chiffres de l’Ademe, la production nationale de déchets ménagers stagne alors même que nous sommes de plus en plus nombreux. Notre boîte à ordures ménagères, en particulier, est de plus en plus maigre : environ 350 kg par habitant et par an en 2000 contre 277 kg en 2013. On trie plus et mieux, et les filières de recyclage s’organisent en aval.

The ConversationMais ce qui conduirait immanquablement au « zéro décharge », à défaut du « zéro déchet », c’est bien la taxation. Or tant que le coût de la mise en décharge, à la tonne, sera plus faible que celui de l’incinération ou du recyclage, ce dispositif restera une solution économique malgré tous les efforts déployés pour la bannir. Ces dernières années, la Grande-Bretagne, la Suède, les Pays-Bas, l’Autriche et la Belgique (la Wallonie) ont été motrices en ce domaine. Quand la France rejoindra-t-elle le mouvement ?

Christian Duquennoi, Ingénieur de recherche, Irstea

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires