Les universités se mobilisent contre les violences sexistes et sexuelles

22 mars 2018 par Campus Responsables Témoignages 17 visites

Après le mouvement récent de libération de la parole #MeToo, la question du sexisme et des agressions sexuelles sont encore au cœur de l’actualité. Dans l’enseignement supérieur, une enquête du journal Libération de février 2018 mettait au jour de nombreux cas d’abus sexuels perpétrés par des membres de l’Unef. Après la médiatisation du sujet, les pouvoirs publics agissent avec le lancement ce 19 mars 2018 de la campagne « Stop aux violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur ». Portée par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, cette initiative comprend deux mesures majeures. La diffusion d’une campagne de sensibilisation dans les universités, par le biais d’affiches à partir de la fin du mois de mars, traitant des commentaires et actes sexistes, ainsi que des agressions sexuelles, qui se passent dans le milieu universitaire au sens large (amphis, associations étudiantes, soirées d’intégration). La création, à la rentrée 2018, d’une cellule d’accueil et d’écoute pour accompagner les victimes dans toutes les universités.

Pour le lancement de la campagne #NeRienLaisserPasser, Frédérique Vidal et Marlène Schiappa se sont déplacées à Paris-Dauphine afin d’inaugurer la «  cellule de veille sur les discriminations, les violences sexuelles et le bizutage » de l’université. Pour Isabelle Huault, Présidente de l’université Paris-Dauphine : « La lutte contre les discriminations, les violences sexuelles et le bizutage relève de la Responsabilité Sociale de l’Université  ».

Voir en ligne : http://www.campusresponsables.com/a...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires