Réseau Envie : l’économie circulaire au service de l’insertion par l’activité économique

8 mars 2018 par LelaboESS Témoignages 71 visites

Créée en 1984 à Strasbourg, l’association Association Définition Envie est une pionnière de l’économie circulaire économie circulaire Définition et regroupe aujourd’hui 50 structures d’insertion réparties sur toute la France. Leur objectif : collecter, réparer, retraiter les appareils d’électroménager et multimédia, et depuis plus récemment le matériel médical, les meubles, les matelas, les pièces détachées… Salariant 2500 personnes, dont 2000 en insertion, il s’agit d’œuvrer à la fois en faveur la seconde vie des objets et de proposer un parcours formateur vers l’emploi.

L’économie circulaire économie circulaire Définition par la collecte, la réparation et le retraitement des matières recyclables

L’association Association Définition est historiquement attachée à l’électroménager, le premier point de vente étant né de la volonté d’aider des ménages modestes à acquérir une machine à laver ou un frigo. Envie a depuis développé des compétences concernant d’autres équipements : le multimédia, l’ameublement, les matelas, et récemment le matériel médical.

Le réseau Envie se structure en plusieurs activités, créant ensemble une véritable filière de l’économie circulaire :

  • Les appareils sont collectés dans les déchetteries et points de collecte : il s’agit alors de DEEE, de déchets d’équipement électrique et électronique. Lorsque les appareils sont réparables, ils sont rénovés dans l’un des ateliers de réparation du réseau et garantis pour pouvoir servir à nouveau.
  • Revendus dans un des magasins Envie, comme à Orléans, les appareils affichent des prix bas afin que les ménages modestes puissent y avoir accès.
  • Les appareils qui ne sont pas réparables sont recyclés dans une des entreprises de collecte et de recyclage, comme à Toulouse. Ayant obtenu des marchés de collecte d’éco-organismes, Envie traite aujourd’hui un tiers des déchets d’équipement électrique et électronique produits en France. Ce traitement consiste à retirer manuellement les polluants, de broyer ensuite les appareils sur des chaines industrielles avant de pouvoir trier les différentes matières. Les matières premières, par exemple les métaux ferreux ou le plastique, peuvent ainsi être réutilisées ; les matières toxiques sont quant à elles dépolluées. Au final, ce sont 80% des matériaux collectés qui sont recyclés.


Le projet « Envie Autonomie » s’intéresse, lui, spécifiquement au matériel médical : fauteuils roulants, lits médicalisés et matériels pour la toilette sont ainsi collectés, rénovés, aseptisés et remis dans le circuit. « Aujourd’hui, beaucoup de ce matériel est jeté, alors qu’il a été à peine utilisé », relève Olivia Stauffer, directrice de la communication d’Envie. Le programme répond à plusieurs enjeux : les difficultés à s’équiper en matériel médical pour un nombre croissant de personnes (le reste à charge pouvant être trop élevé pour que les personnes puissent y avoir accès, en fonction de leur âge, de leur pathologie, etc.), le fait que les dépenses de Sécurité sociale soient élevées car ne reposant que sur de l’acquisition de matériel neuf. Envie souhaite changer ce modèle : les handicaps pouvant être évolutifs, la logique d’acquisition définitive du matériel médical n’est pas la plus adaptée. Expérimenté à Angers à partir de 2015, le projet a été étendu à Rennes, Nancy, Strasbourg et Saint-Etienne, avec la volonté à terme de couvrir ces besoins dans toute la France.

Sensibiliser le grand public pour l’allongement de la durée de vie de nos appareils

Envie se propose également de sensibiliser les citoyens aux enjeux que recouvrent la réparation et le réemploi : allonger la durée de vie des appareils, garantir les réparations pour ne pas devoir acheter neuf, réfléchir à sa consommation de biens d’équipement… En 2016, une campagne itinérante est lancée avec le Repair Truck, un camion qui sillonne les grandes villes de France pour sensibiliser à la réparation et aux gestes qui peuvent prolonger la durée de vie des machines : il ne s’agit plus seulement pour Envie de récupérer des appareils pour les réparer et les revendre, mais aussi de proposer aux particuliers un service de réparation. « Souvent, les gens nous disaient qu’ils ne faisaient pas réparer car c’était trop cher et qu’il était plus rentable de racheter neuf. En réalité, la réparation peut être nettement moins chère si l’on n’est pas obligé d’acheter la pièce de rechange neuve ! Et c’est justement là qu’Envie pouvait intervenir car, grâce aux appareils que nous retraitons, nous récupérons énormément de pièces qui fonctionnent encore parfaitement. Ces pièces sont réutilisées pour la réparation d’autres appareils, et la réparation est donc nettement moins chère », explique Olivia Stauffer.

Dernière née de cette volonté de sensibiliser le grand public à une consommation plus respectueuse de l’environnement : la campagne « Green Friday » lancée en novembre 2017, comme pendant au « Black Friday », ce phénomène venu des Etats-Unis où les enseignes bradent leurs appareils électriques et électroniques et qui donne chaque année lieu à des scènes d’émeutes pour se procurer un appareil en rayon. Face à cette consommation impulsive de produits neufs, Envie propose en France au contraire un Green Friday : un jour où l’on acquerrait des objets de seconde main, plus respectueux de l’environnement. « Nous avons nous-mêmes été surpris par le succès du Green Friday auprès du grand public – notre site a même fini par planter, tellement il y avait de connexions ! Pour 100 recherches « Black Friday » sur les moteurs de recherche, nous avons réussi à en avoir 75 pour « Green Friday » ! », confie Olivia Stauffer. Signe de l’engouement citoyen pour les alternatives à l’achat neuf…


Chiffres clés

  • 50 entreprises partout en France, dont des magasins de vente d’équipements rénovés, des entreprises de collecte et de recyclage et des ateliers de rénovation et de réparation.
  • 2 500 salariés, dont 2 000 en insertion
  • 76 millions de chiffre d’affaires
  • 94 000 équipements rénovés et garantis en 2016, 150 000 tonnes de déchets DEEE collectés, 100 000 tonnes de déchets traités (chiffres 2016)


Photos : Envie

Voir en ligne : http://www.lelabo-ess.org/reseau-en...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires