ESS & Culture – Eleftérios Kechagioglou : « Ce que nous vivons aujourd’hui peut s’arrêter demain ! »

13 janvier 2018 par LelaboESS Témoignages 19 visites

Suite de notre rencontre ProspectivESS « Transitions culturelles » du 14 novembre dernier, Profession Spectacle revient sur le témoignage des différents intervenants - universitaires, acteurs locaux, conseillers culturels - qui se sont succédé à l’occasion de ce moment d’échange. Dans cet article, Eleftérios Kechagioglou partage son expérience en tant que directeur du Plus Petit Cirque du Monde.


Eleftérios Kechagioglou l’explique dès le début de son intervention, le PPCM est, depuis 25 ans, un projet entièrement porté par les habitants de la ville populaire de Bagneux, dont 18 siègent bénévolement au conseil d’administration.

Animé par « l’envie (…) de réunir dans un même projet et un même lieu ce qui a été séparé au début des années 60 : la création et la recherche artistique, l’appropriation des quartiers, l’éducation et l’enseignement artistiques, » le PPCM s’est laissé influencer par « les cultures des habitants et la morphologie du quartier. (…) Il a rapidement intégré les cultures urbaines, » ajoute Eleftérios Kechagioglou, pour qui les quartiers pluriculturels sont « une richesse. »

Par la suite, ce directeur militant, qui se définit lui-même comme un entrepreneur social et solidaire, aborde la notion « d’artiste entreprenant »  : « l’artiste entreprenant est au milieu de la société. [Il] comprend comment son travail créatif (…) va répondre à des besoins d’aujourd’hui, en termes de population, de transformations urbaines, sociales et économiques »

Concernant le modèle économique
, si le budget du PPCM se compose pour moitié de ressources publiques, le projet « cherche à diversifier ses ressources dans le secteur privé » pour s’ouvrir à d’autres secteurs d’activités, explique son directeur qui regrette « une certaine arrogance » du monde artistique vis-à-vis du monde économique.

Pour finir son intervention, Eleftérios Kechagioglou aborde également l’urgence d’une co-construction des politiques culturelles. Selon lui, « la question du dialogue doit être renforcée, avec l’État, les collectivités et les entreprises. (…)Peut-être que l’ESS est cette chance pour nous de repenser les modèles, de s’inspirer d’autres secteurs, où il y a de l’innovation sociale et économique, et de l’amener dans la culture qui a été plutôt du côté des conservateurs, » conclue-t-il.

L’intégralité de l’intervention d’Eleftérios Kechagioglou est à retrouver dans l’article de Profession Spectacle, ici...

Voir en ligne : http://www.lelabo-ess.org/ess-cultu...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires