Vient de paraître : Rapport n°1 de l’étude « ESS et création de valeur : une approche prospective de la mesure d’impact social » - Avise, en partenariat avec le Labo de l’ESS

2 janvier 2018 par LelaboESS Veille 49 visites

En 2017, une étude prospective sur la mesure de l’impact social a été lancée par le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
, la Fonda et l’Avise : paraît aujourd’hui le premier rapport issu de ce travail, qui analyse pour cette première étape les expériences d’évaluation d’impact social existantes.

Lire le rapport en pdf...

L’étude prospective 2017-2018 comporte trois étapes : une caractérisation des démarches évaluatives existantes, une cartographie des domaines d’innovation dans la mesure d’impact et une proposition de pistes d’actions pour une expérimentation de ce nouveau référentiel.

Le premier rapport issu de cette étude propose une revue de la littérature, intégrant notamment les travaux des trois partenaires, ainsi qu’une analyse de pratiques de terrain issue d’une rencontre organisée en septembre avec une soixantaine d’acteurs autour des défis à relever dans la mesure d’impact.


La publication s’intéresse d’abord à la définition de l’impact social et à son élargissement pour estimer la "valeur sociale" aux dimensions multiples, avant de synthétiser les freins auxquels sont confrontées les structures dans leur évaluation mais aussi les leviers qui peuvent favoriser ces démarches.

"L’évaluation d’impact social, au sens analyse d’une causalité entre l’action et les changements observés, n’est que très rarement réalisée par les acteurs de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement
. Cela est généralement très complexe et coûteux à mettre en oeuvre du fait de la mobilisation de méthodes s’appuyant sur des raisonnements contrefactuels.
De plus, la possibilité même d’isoler une action de son environnement fait débat. Certains chercheront néanmoins à s’en rapprocher, de manière rigoureuse, en réalisant une « estimation » de l’impact, qui observe le changement et permet de conclure sur l’existence et l’importance de la contribution de l’intervention évaluée.

Dans la pratique et les discours, les acteurs de l’ESS ont souvent une représentation plus large de l’évaluation d’impact social. Cette notion peut être utilisée pour évoquer la « performance sociale » d’une organisation ou pour estimer sa « valeur sociale », dans un enjeu de faire-valoir. Il existe un consensus sur l’idée que cette valeur est multidimensionnelle. On observera les réalisations et les changements opérés (et rarement avec une attribution stricte) pour faire son appréciation.

L’évaluation d’impact social répond à des enjeux propres à chaque structure d’utilité sociale, qui font référence à des objets d’évaluation différents, assez classiques, et ayant recours à des méthodes variées. Ces différentes finalités d’évaluation sont peut-être autant d’angles pour aborder la notion de valeur sociale."

Dans un second temps, le rapport s’articule autour des pratiques d’évaluation des acteurs, qui s’appuient sur des outils plus ou moins fiables, reconnus ou standardisés. Quatre niveaux de formalisation sont présentés dans un continuum : la validation au ressenti, le "bricolage", la revendication de mesure appuyée sur des outils et la revendication de scientificité.


L’enjeu de la mesure proprement dite apparaît alors :
"Quantitatifs par défaut, les indicateurs peuvent être aussi qualitatifs lorsque les données qualitatives issues d’entretiens ou d’observation sont objectivées par l’intermédiaire d’outils particuliers. Les données qualitatives permettent de comprendre comment se crée de la valeur, lorsque les indicateurs quantitatifs
permettent de pondérer. Ils sont complémentaires.
"

Enfin, l’étude propose une analyse de cas pratiques à partir de bonnes pratiques issues de quatre démarches évaluatives très différentes : celles du dispositif Groupement de Créateurs, du Collectif pour l’emploi, de passeport d’Avenir et celle du PTCE PTCE Pôles territoriaux de coopération économique. Florange écologie industrielle et insertion (Fe2i).

Lire le rapport en pdf...


Voir en ligne : http://www.lelabo-ess.org/vient-de-...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires