Développement durable : la FAGE et son réseau s’engagent !

21 décembre 2017 par FAGE Témoignages 39 visites

Le 8 décembre 2017, les fédérations membres de la FAGE, réunies en conseil d’administration, ont réaffirmé leur engagement en faveur du développement durable en signant publiquement la charte d’engagements des associations étudiantes en faveur du développement durable.

Cette année, la FAGE a revu globalement la charte d’engagements des associations étudiantes en faveur du développement durable pour en faire un outil simple, complet et permettant une mise en application des principes du développement durable à l’échelle des organisations étudiantes. Cette refonte fut également l’occasion de procéder à une cérémonie de signature publique regroupant les fédérations membres de la FAGE et plusieurs intervenants.

Après un mot d’introduction de la part de Jimmy Losfeld qui a rappelé l’importance d’une mobilisation individuelle, mais également d’une mobilisation collective des différentes parties prenantes en faveur du développement durable, les participants à cette cérémonie ont pu assister à une prise de parole des intervenants présents. Ces prises de paroles ont permis de faire ressortir l’importance du travail en commun et du partage des bonnes pratiques.

Loïc Ingea, responsable Campus du REFEDD (Réseau Français des Etudiants en faveur du Développement Durable) a pu présenter la consultation nationale étudiante dont le rapport final a été mis en ligne récemment. Les résultats ont permis de voir se dégager une volonté de la part des jeunes de prendre en compte le développement durable dans les différents aspects de leur vie, en témoigne le fait que 80% des étudiants souhaiteraient que leur futur métier prenne en compte le développement durable. Par ailleurs, Loïc Ingea a rappelé le fait que « c’est avec les actions portées par toutes les associations étudiantes que nous atteindrons l’objectif de 100% des étudiants engagés et 100% des campus durables  », élément essentiel d’une prise en compte globale des enjeux du développement durable.

Pour Gerald Majou, vice-président du CIRSES (Collectif pour l’Intégration de la Responsabilité Sociétale et du développement durable dans l’Enseignement Supérieur), il est essentiel que les différents acteurs agissant sur un campus échangent leurs pratiques et travaillent de concert afin d’impulser de nouvelles pratiques. Cependant, c’est en agissant de façon conjointe que des actions efficaces peuvent émerger car « chaque acteur dispose de leviers différents pour mener à bien les actions ». Dans cette logique de mise en réseau, le CIRSES a mis en place une plateforme participative, ESResponsable.org, permettant à tous les acteurs de partager leurs solutions, leurs retours d’expériences ou leurs actions mises en place.

Sarah Schönfeld, responsable internationale du Comité 21, a rappelé l’importance du travail en réseau, élément central pour le Comité 21. En regroupant entreprises, collectivités et société civile, le Comité 21 permet de créer les conditions d’un dialogue efficace entre les différents acteurs dans le but de développer des réponses adéquates et partagées par l’ensemble des parties prenantes, en témoigne la publication d’un rapport sur l’appropriation des Objectifs de Développement Durable (ODD) au mois de juin 2017 présentant la façon dont les différents acteurs ont accueilli et mis en pratiques les ODD édités par l’ONU. Pour Sarah Schönfeld, « c’est lorsque les acteurs parlent entre eux que l’on arrive sur des débats et des démarches encore plus aboutis », preuve de l’importance des espaces d’échanges tel que le Comité 21.

Graig Monetti, conseiller vie étudiante auprès de la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a rappelé un élément essentiel : le développement durable est un sujet de citoyenneté, et il est nécessaire que la société dans son ensemble s’en empare. Pour lui, «  le développement durable est fait de petits réflexes, mais il faut qu’il y ait à un moment une prise de conscience qui amène à une prise d’action », c’est-à-dire que, non seulement il est nécessaire de former et d’informer sur les problématiques et les enjeux du développement durable, mais également de doter d’outils permettant à toutes les parties prenantes de se mobiliser.

Lors de cette cérémonie de signature de la charte d’engagement des associations étudiantes en faveur du développement durable, plus de 20 fédérations membres du réseau de la FAGE ont signé cette charte, preuve du dynamisme et de l’implication des associations étudiantes dans la thématique du développement durable. Ces fédérations ont également reçu le Guide technique des associations étudiantes en faveur du développement durable afin de fournir des pistes d’actions à mener au sein de leurs structures.

pc080340.jpg

Cette cérémonie fut également l’occasion de présenter les résultats du Bilan Carbone© de la FAGE, s’établissant à 0.89 kgCO2eq/étudiant (kilogramme équivalent-CO2 par étudiant), en baisse par rapport à l’année précédente et permettant d’atteindre une réduction de 20% à l’horizon 2030 (par rapport à 2015). Véritable préalable à toute action pertinente, ce Bilan Carbone© permettra d’agir de manière plus efficace sur les émissions de gaz à effet de serre de la FAGE.

Pour conclure, cette cérémonie a constitué un moment fort pour l’ensemble du réseau de la FAGE et a impulsé une démarche vertueuse en permettant à toutes et tous de se saisir des enjeux de durabilité de son association et d’être en capacité d’imaginer des réponses innovantes aux problématiques posées aux associations étudiantes. Loin d’être une fin, ce moment est plutôt le début d’une mobilisation de la part du réseau de la FAGE en faveur d’un enseignement supérieur et d’une société plus durable.

Voir en ligne : La charte d’engagement des associations étudiantes en faveur du développement durable

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires