La Maison du Zéro Déchet, pour ne plus rien jeter

10 novembre 2017 par LelaboESS Témoignages 29 visites

Créée par l’association Association Définition Zero Waste France, après le succès de son festival en 2016, la Maison du Zéro Déchet a ouvert ses portes le 1er juillet 2017 dans le quartier de Montmartre, à deux pas du Sacré Cœur, dans le 18e arrondissement de Paris. Son objectif : « Devenir le lieu emblématique de la démarche zéro déchet sous toutes ses formes ».

Photos : La Maison du Zéro Déchet et le Labo de l’ESS ESS Qu’est-ce que l’Économie sociale et solidaire (ESS) ?
Définition et présentation de cette économie différente, socialement utile, coopérative et ancrée localement

Un lieu et trois niveaux de sensibilisation

Pour Marion, bénévole Bénévole Définition depuis sa création, « il s’agit avant tout d’un lieu de rencontres, d’échanges et de sensibilisation » pour une démarche en fort développement. Structurée autour de trois espaces, la Maison du Zéro Déchet a mis en place plusieurs vecteurs de sensibilisation. Ainsi, chacun pourra trouver la porte d’entrée qui lui correspond, quel que soit son niveau d’engagement.

La boutique propose de remplacer un grand nombre de produits jetables. Sur les rayonnages, il y a, par exemple, des produits d’hygiène féminine lavables « qui cartonnent » selon Marion ou encore des pailles en inox parfaites pour « déclencher les conversations en terrasses ». Pour chaque produit, deux choses sont importantes : les conditions de fabrication (« on choisit les entreprises avec lesquelles on travaille ») et l’importance du choix (« ce n’est pas parce que c’est une démarche zéro déchet qu’il ne doit y avoir qu’un seul produit »). A côté de la boutique, l’atelier accueille des animations autour du « faire soi-même » : des ateliers pour enfants et pour adultes, organisés deux à trois fois par semaine et sur proposition des bénévoles ou d’autres structures associatives. Enfin, un espace de conférence permet de proposer des évènements et de programmer des projections-débats.


Un financement participatif et un modèle économique effectif

Rendue possible grâce à une campagne de financement participatif qui a rassemblé plus de 800 contributeurs, la Maison du Zéro Déchet est animée presque exclusivement par des bénévoles. En plus de Pauline, salariée de Zero Waste France et de Julie, en service civique, une cinquantaine de personnes se rendent ainsi disponibles, du lundi au samedi, pour faire vivre le lieu.

A la suite de la campagne de crowdfunding Crowdfunding Littéralement, signifie "Financement par la foule" ; traduit en français par "finance participative". , la structure a mis au point son propre modèle économique. Une partie du chiffre d’affaires vient de la boutique et des ateliers, proposés en moyenne pour 10 euros. Une programmation des animations et de leurs tarifs est disponible sur leur site internet. La seconde partie vient de la location des lieux. D’une part, l’association Association Définition Zero Waste France, qui a installé son siège sur place, loue donc ses locaux ; d’autre part, la Maison peut louer son espace de conférence et son atelier pour des événements, qu’ils soient privés ou publics. Un modèle économique qui semble, pour l’instant, bien fonctionner puisque «  juillet et août ont été au-dessus de nos espérances » explique Marion.


La question de la duplication du lieu

Depuis son ouverture, la Maison est sollicitée par de nombreux porteurs de projets enthousiastes à l’idée de dupliquer cette initiative ailleurs. « On a beaucoup de demandes, même de l’étranger », mais « comment dupliquer de la meilleure façon ? » se demande Julie. Cette question nécessite un temps de réflexion que la structure, ouverte seulement depuis quelques mois, n’a pas encore eu le temps de mener.

Pour pallier ce problème de temporalité sans toutefois stopper un processus dynamique et prometteur, l’équipe de la Maison du Zéro Déchet a décidé d’organiser des ateliers destinés à ces possibles duplications. « On essaie plein de formats. Nous proposons des formations d’une journée, à l’initiative du lieu, pour un public de professionnels, associations ou entreprise » explique Julie. Mais également des Master class de 2h30, « ouverts à des profils [plutôt] à mi-chemin entre particuliers et professionnel », pour sensibiliser sur le lieu et les thématiques qui lui sont associées. Dans tous les cas, la volonté est là de propager une démarche responsable en faveur développement durable et du zéro déchet.


Accédez au site internet de l’association

Voir en ligne : http://www.lelabo-ess.org/la-maison...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires