Mise en place d’un compost

14 novembre 2017 par Cardebat Fiches pratiques 30 visites
0

Description brève

Dans le cadre de son travail d’amélioration de sa politique de réduction
de son empreinte carbone et des objectifs liés à la réduction des déchets
et en collaboration avec les services de restauration et le prestataire
espaces verts, l’école a lancé en juin 2017 le compostage de tous les
biodéchets produits sur le campus. L’objectif de ce dispositif est de
réduire et revaloriser les biodéchets produits (restes de repas et déchets
verts) sur place et d’utiliser le compost produit sur les espaces verts de
l’école en éliminant dans le même temps les trajets du prestataire vers
la déchetterie.
En effet, on estime à 5 à 6 tonnes les déchets alimentaires qui sont
aujourd’hui jetés dans les poubelles de l’école. La redevance payée
par l’école à MPM s’élève aujourd’hui à 12 K€/an pour un total de
déchets estimés à environ 20 tonnes.

Éléments facilitateurs pour l’initiative

Une étude de faisabilité et un suivi du projet ont été financés par le
Département des BDR et l’Ademe à hauteur de 80%, le reste par Le
Geres et Naturoscope qui accompagne les équipes en interne et dont le
soutien technique et la formation a été précieuse.

Freins, difficultés rencontrées et solutions

La gestion d’un projet multiservices et prestataires extérieurs donc
parties prenantes diverses est complexe et long à mettre en oeuvre. Il a
fallu par ailleurs effectuer des travaux sur le campus pour installer le
meuble à compost et créer et faire fabriquer des outils de
communication et sensibilisation. Les a priori sont nombreux et la
méconnaissance du système de compostage et de ses bénéfices a été
longue à intégrer aussi dans les équipes internes et chez les
prestataires. Une bonne communication est nécessaire avec les
convives pour changer les comportements. Une équipe de jeunes en
service civique a été intégrée au projet pour faciliter la compréhension
des enjeux. Enfin un suivi de « l’état » de dégradation du compost doit
être réalisé régulièrement car nous sommes dans un projet
expérimental qui réclame souplesse et adaptabilité.

Bilan

Le bilan après 3 mois n’est pas encore très parlant en chiffres, mais les
changements de comportement sont eux nettement visibles. Le
compost fait d’ores et déjà partie du paysage. Les jardiniers ont pris
leur marque, ainsi que les convives.
Le 1er bac de compost a été retourné après deux mois pour passer en
phase de maturation.

Commentaires

Une pesée est réalisée tous les jours sur les restes de repas ce qui va
permettre d’engager un chantier sur le gaspillage alimentaire.

Autres partenariats locaux du même type développés par votre organisme

LPO formation à l’ornitholigie

Voir en ligne : News compost

Contacter l’auteur

Portfolio

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires