neQtar, une appli pour des courses durables

18 octobre 2017 par REFEDD Témoignages 19 visites

Lors de son micro-trottoir sur la Semaine Européenne de la Mobilité 2017, l’équipe du REFEDD a rencontré par hasard Oihan, qui nous a parlé de son projet , neQtar. Il s’agit d’une application qui se veut être une alternative pratique aux courses responsables – une sorte de point relais de la permaculture. Rendez-vous est pris pour une interview avec le REFEDD.

Oihan, fondateur de neQtar

 

Salut Oihan ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Arrivé récemment sur Paris, je suis natif du Pays Basque. J‘ai toujours été passionné par la nature, notre environnement et mon enfance passée entre montagnes et océan ne doit pas y être pour rien.

J’ai fait des études d’arts appliqués me spécialisant dans le design produits, puis le design graphique et la communication visuelle sur Toulouse. Puis, comme je cherchais ce côté pragmatique et ce relationnel client, je suis monté sur Lyon travailler deux ans en tant que conseiller de vente dans le prêt-à-porter premium.

Une idée autour de l’écologie et du « mieux manger » commence à bourgeonner. L’an dernier je découvre le diplôme d’étudiant entrepreneur lancé il y a 3 ans par le ministère de l’éducation nationale. On inverse le rôle de l’étudiant. Cette fois-ci on est directement investi dans son projet : l’étudiant devient demandeur et on lui offre un accompagnement sur des aspects juridiques, commerciaux… tout ce qui touche à la création d’entreprise. Aujourd’hui je redeviens étudiant pour être un meilleur entrepreneur, grâce à la formation starter de PSL-Pépite. Pendant six mois intensifs je serai donc au PSL Lab, leur espace de co-working près de la rue Censier, pour développer mon projet neQtar.

 

Justement neQtar, c’est quoi ? Comment ça marche ?

Il y a deux ans je décide de devenir végétarien. Comme mon alimentation n’est composée quasiment que de végétaux, il me paraît primordial de les choisir bios et aussi locaux que possible. Pourtant en retournant chez mes parents, qui vivent à la campagne, je me rends compte que réunir le bio et le local est loin d’être évident et il faut parfois faire 30 à 40 km pour en trouver.

Depuis ce jour, permettre l’accès à une alimentation locale et écologique devient mon combat, la permaculture sa meilleure issue. Les sols naturels foisonnent de micro-organismes qui aèrent la terre, nourrissent les végétaux et dégradent les déchets. Depuis le début de l’agriculture, les végétaux qui ne nous convenaient pas ont été brûlés, enterrés puis empoisonnés. La permaculture c’est écouter cette vie souterraine au lieu de la combattre, c’est trouver quelle plante tiendra compagnie à l’autre, etc. Au final, c’est certes un investissement pour les agriculteurs, mais surtout une voie de sortie durable. Cette agriculture demande de moins en moins de main d’œuvre, rend les sols de plus en plus fertiles et est donc, de plus en plus abordable pour nous consommateurs. (extrait du journal de 20h de France 2)

 

Les avantages de la permaculture

On en arrive à mon projet, neQtar  : la première application mobile qui offre une nouvelle expérience des courses, avec des fruits et légumes issus de la permaculture, livrés dans des « relais augmentés ».
Le principe est de permettre à chacun de commander la veille des fruits et légumes locaux, fraîchement cueillis le lendemain et confié au point relais idéal. Comme l’application se concentre sur le quotidien et le style de vie de chacun, vos légumes sont remis au relais qui vous sera le plus utile, sur votre trajet.
Cette application que j’imagine plus comme un compagnon numérique est en cours de conception. À côté de cela je continue de me rapprocher d’associations ou de formateurs en permaculture, car ils convertissent de plus en plus d’agriculteurs venus des villes (Néo Agri par exemple, dont leur premier livre « Néo-paysans : Le guide (très) pratique » est sorti en mars dernier »).

Vous l’aurez compris, la petite loupe qui s’est glissée dans le logo de neQtar n’est pas là par hasard. Je souhaite à mon échelle mettre le focus sur les petits producteurs en agro-écologie et les commerces de proximité avec nos points relais.

Les objectifs de neQtar

  1. Donner accès à une alimentation plus saine et responsable, au plus grand nombre, sans compromis.
  2. Agir pour le développement d’une agriculture durable comme la permaculture en permettant son rayonnement sur notre territoire.
  3. Soutenir le tissu économique de proximité, en plébiscitant les petits commerces comme points relais.

Tu parles de mettre une loupe sur les petits producteurs, de donner accès à ce type de production, mais n’as-tu pas peur de perdre le lien entre consommateurs et producteurs avec ce format d’application mobile ?

Le format de l’application répond avant tout au besoin de disponibilité et d’accessibilité. C’est aujourd’hui un outil indispensable, agile et intuitif lorsque l’on souhaite inventer de nouveaux scenarii d’usage. Le premier objectif est donc de donner accès à chacun, peu importe son quotidien, à un mode de consommation responsable, écologique et solidaire sans la moindre contrainte.
Le lien entre consommateur et producteur est essentiel, mais qu’il soit direct n’a pas besoin d’être valorisé. Pourquoi ? Beaucoup recherchent le contact humain mais c’est utopique et non durable : il y a beaucoup plus de consommateurs que de producteurs. Imaginez que chacun souhaite se déplacer à la ferme pour réceptionner ses courses. La facture écologique en pots d’échappement et en temps pris au maraîcher serait énorme !

Malgré tout, chaque consommateur doit avoir un lien de confiance, d’information, avec le producteur, c’est là que l’application et le site interviennent. Comme il se fait déjà beaucoup, chaque producteur aura droit à une visibilité numérique pour mettre en valeur leur savoir-faire et leur terroir.
Miser sur le numérique n’est pas forcément incompatible avec la recherche de contact humain, c’est comme ça que l’idée des relais augmentés est née. Se faire proposer un point relais pertinent par rapport à ses goûts et habitudes est un bon départ pour créer du lien avec des commerçants, et donner du sens dans la vie de quartier.
Des présentations de producteurs aux fiches recettes (élaborées avec l’aide de mon père, chef cuisinier), au final, ces courses ce sont trois clics qui ont un impact économique, social et environnemental.

 

 

Et au niveaux du prix, ça marche comment ?


Pour s’adapter à chacun, on pourra commander à l’unité, au panier ou à l’abonnement.
Ensuite les prix sont librement fixés par le producteur, pour une rémunération juste. Pour rappel, ayant moins de perte et de besoin en main d’œuvre qu’en biologique, la permaculture avec son rendement supérieur, coûte moins à produire.
L’autre garantie d’un prix abordable est le système logistique optimisé mis en place, pour éviter les voyages à vide, tout en optimisant au maximum la mutualisation des ressources pour les partenaires.

Finalement, je prends un peu le principe de Uber ou Deliveroo en ne gardant que les bons côtés pour les appliquer à mon application et réduire les frais pour le consommateur. J’amène ainsi ces pratiques dans le monde de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire).

 

Et où en est le projet maintenant ? C’est quoi la prochaine étape ?


L’application commence à être développée et je continue de rechercher des partenaires commerciaux. L’arrivée d’un développeur pour la concrétisation de l’application est toujours la bienvenue, pour passer rapidement à la phase de test. Lorsque la communauté autour de neQtar aura également atteint les 2000 personnes on pourra lancer la première version de l’application.

Aujourd’hui, la priorité est le développement dans Paris intra-muros voire l’Ile de France (pour des questions logistiques) mais le projet a une ambition nationale. En attendant cela, je partage le projet au cours de conférences, de concours et tremplins pour les entrepreneurs ou les étudiants.

 

Enfin avec tout ça, comment pourrais-tu résumer l’ambition de neQtar ?


La grande question qui influence mon projet est de savoir comment réaliser un impact positif à la fois en termes écologiques et économiques. En tout cas pour m’y aider, vos réponses à ce sondage « e-commerce et agro-écologie » sont les bienvenues !

Je m’intéresse également aux universités pour d’éventuels partenariats avec les étudiants et le personnel scolaire, pour établir un réseau.

Mon rêve, c’est que plus personne n’ait de contraintes pour consommer durable et local dès aujourd’hui. L’objectif, c’est que les gens se rendent compte que l’agriculture intensive et industrielle n’est plus possible, et que l’agriculture biologique labellisée ne peut pas tout assumer, parce qu’elle n’est ni parfaitement adaptée à la nature, ni à notre mode de consommation.

Merci Oihan !

Pour les curieux : actu du projet et infos supplémentaires suivez neQtar sur Facebook
Pour s’inscrire : neQtar.fr > Formulaire d’inscription en cliquant sur Commander
Pour participer au questionnaire : sur ce lien Google Form

Cet article neQtar, une appli pour des courses durables est apparu en premier sur REFEDD - RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable.

Voir en ligne : http://refedd.org/neqtar-appli-cour...

Licence : Pas de licence spécifique (droits par défaut)

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires