Nowatera, un « serious game » pour la planète

9 octobre 2017 par REFEDD Témoignages 16 visites

Créé par Natagora, une association belge de protection de la nature, « Nowatera » est un jeu « sérieux » gratuit qui vise à offrir un outil pédagogique efficace pour sensibiliser les jeunes aux enjeux environnementaux. Destiné originellement aux élèves du secondaire, il est ouvert à tous et franchement prenant…

 

Nouvelle planète, nouveau départ ?

 

Un « serious game » ? Kézako ?

Fruit de la rencontre entre pédagogie et monde numérique, le « serious game » (« jeu sérieux, en français) est défini par Julien Alvarez, auteur de la thèse « Du Jeu vidéo au Serious Game : approches culturelle, pragmatique et formelle » comme une « application informatique, dont l’objectif est de combiner à la fois des aspects sérieux (Serious) tels, de manière non exhaustive, l’enseignement, l’apprentissage, la communication, ou encore l’information, avec des ressorts ludiques issus du jeu vidéo (Game). »

En gros, un jeu vidéo dont le but principal n’est pas le divertissement pur, mais l’enseignement. Un peu comme s’il existait une version des Sims qui nous apprenait à construire notre vie, à chercher un emploi, à gagner de l’argent et tenir un budget, etc… (On sait tous que tu utilisais les codes sur les Sims, et ça, c’est pas très « serious » … !)

 

Nowatera, l’humanité se réinvente

Le jeu a été créé en partenariat avec l’université de Namur, l’asbl Hypothèse et Digital Wallonia. Il a été conçu pour s’insérer dans le programme du secondaire, fournissant aux professeurs une solution complète pour traiter des questions de biodiversité.

Le pitch : dans un futur (proche ?), des colons ont débarqué sur une nouvelle planète, Nowatera. En intervenant sur le paysage (construction d’un barrage, utilisation de pesticides, construction d’un rideau végétal pour se protéger du vent), ils modifient imperceptiblement l’écosystème de la planète. Quelquefois, des conséquences désastreuses bien éloignées de la cause première apparaissent.

C’est à partir de là que commencent les différents scénarios qui composent le jeu vidéo. Chaque scénario démarre par une situation de crise, et le but est d’interroger des experts (biologistes, médecins, physiciens, etc.) et d’apprendre à connaître le milieu et la situation pour mieux résoudre la crise. À la fin du scénario, le joueur doit choisir la solution qui lui paraît à la fois la plus efficace pour résoudre la crise et la plus positive au niveau de l’impact environnemental. Après ça, le temps s’accélère et l’on se retrouve projeté quelque temps après, une fois la solution choisie mise en place et la crise résolue (ou non).

 

Interroge des experts : naturalistes, médecins, botanistes…

Les huit scénarios disponibles correspondent à des écosystèmes différents, et ils sont tous accompagnés d’une base de données pour aider dans l’approche de la crise et dans sa résolution. Par exemple, dans le scénario « Buzz », les colons sont confrontés à une chute de la production de fruit dans les vergers. Ils seront amenés à découvrir l’impact néfaste des pesticides sur les pollinisateurs et la santé.

 

Début du scénario « Buzz » sur les méfaits des pesticides

 

Au-delà du jeu vidéo en tant que tel, le projet vise à la sensibilisation à la problématique du maillage écologique par différents biais. Même s’il est plus visiblement dédié à un public de collégiens et de lycéens, c’est un jeu qui reste prenant et on apprend beaucoup sur les différents écosystèmes et la gestion de crise. Et le suspense au moment de la révélation finale est assez addictif…

 

>> JOUER << 

Pour aller plus loin : Site officiel du projet Nowatera

Cet article Nowatera, un « serious game » pour la planète est apparu en premier sur REFEDD - RÉseau Français des Étudiants pour le Développement Durable.

Voir en ligne : http://refedd.org/nowatera-serious-...

Licence : CC by-sa

Contacter l’auteur

Une initiative de l’association CIRSES avec un résau de partenaires